Escalade à Pra Premier – Clapeyto

par *V* ~ Jeudi 21 juillet 2016

Après notre via ferrata matinale, nous montons au-dessus de Brunissard en direction des alpages de Pra Premier. On connaît déjà le coin pour y être passé lors de notre GR5.
Nous pique-niquons à proximité, puis rejoignons en 10 minutes de marche le secteur de couennes du Clapeyto, au-dessus d’un joli pied. On trouve une belle dalle calcaire d’une vingtaine de mètres de haut. Nous enchaînons quelques voies du 4 au 5c.

photo montagne alpes escalade queyras pra premier clapeyto brunissard

photo montagne alpes escalade queyras pra premier clapeyto brunissard



Nous rentrons au camping pas trop tard, et partageons la fin de l’après-midi entre sieste et lecture.

Via ferrata de Fort Queyras

par *V* ~ Jeudi 21 juillet 2016

Date 21 juillet 2016
Cotation PD-
Altitude maxi 1400 mètres
Dénivelé 50 mètres
Longueur 800 mètres
Durée approche 2 minutes
Durée via ferrata 1h
Durée retour 5 minutes
Météo Soleil
Accès A Château-Ville-Vieille (Château Queyras), rejoindre le pont du Paquet. Parking au niveau du pont, la via démarre sur l'autre rive.


Après la belle randonnée d’hier, on reprend nos activités plus ou moins encordées.
Nous nous rendons à Château Queyras pour une via ferrata au coeur des belles gorges du Guil, face au magnifique fort.

photo montagne alpes queyras via ferrata fort queyras chateau queyras



Après une courte descente pour démarrer, la via suit tranquillement les gorges. Le parcours a été changé récemment, on ne passe malheureusement plus au pied du Fort. Malgré tout l’ambiance au pie de la rivière est fraîche et sympa. Le parcours est peu physique, on enchaîne essentiellement des traversées en rive gauche, avec quelques passerelles et pont népalais pour varier le parcours. Malgré l’heure assez matinale, nous sommes déjà nombreux à parcourir cette via ferrata. Il faut dire que l’approche rapide, le parcours facile, et le décor sont alléchants.

photo montagne alpes queyras via ferrata fort queyras chateau queyras

photo montagne alpes queyras via ferrata fort queyras chateau queyras

photo montagne alpes queyras via ferrata fort queyras chateau queyras

photo montagne alpes queyras via ferrata fort queyras chateau queyras



Une heure plus tard, on en termine déjà. Pas rassasiés de sport, on enchaînera avec une après-midi d’escalade non loin d’ici.

Col Bouchet et col Malaure

par *V* ~ Mercredi 20 juillet 2016

Date 20 juillet 2016
Dénivelé positif 1100 mètres
Altitude maxi 2626 mètres
Durée 5h40
Météo Soleil côté français, brouillard côté italien
Carte IGN 3637 OT Mont Viso - St Véran - Aiguilles - PNR Du Queyras
Accès Château Queyras, Aiguilles, Abriès, Valpréveyre


La journée s’annonce déjà chaude. Après avoir fait la route jusqu’à Valpréveyre, on se met en marche vers 9h30.
On commence par un échauffement sur un faux plat pendant une quinzaine de minutes, puis on traverse une rivière et on attaque le vie de la montée. On traverse une petite zone ombragée, puis un vaste alpage montant régulièrement. Le paysage est surveillé par le beau Bric Bouchet.

photo montagne alpes randonnee rando queyras col bouchet col malaure



Une dernière pente plus raide nous permet d’accéder au col Bouchet. On a la forme après les courses d’alpinisme de ces derniers jours, le dénivelé est vite avalé, on atteint le col en 1h45 depuis le parking. Nous commençons l’ascension du Bric Bouchet, mais nous rebroussons rapidement chemin, peu à l’aise dans ce terrain rocheux. Pourtant nous avons déjà grimpé des voies plus dures, mais le mental est un peu entamé après les grosses journées de la semaine dernière. Nous faisons notre pause pique-nique en face du très joli refuge Nino Sardi, face au Viso qui émerge de la nebbia, et surveillés par des bouquetins.

photo montagne alpes randonnee rando queyras col bouchet col malaure

photo montagne alpes randonnee rando queyras col bouchet col malaure

photo montagne alpes randonnee rando queyras col bouchet col malaure

photo montagne alpes randonnee rando queyras col bouchet col malaure



Nous consultons la carte pour changer nos plans et éviter l’aller-retour. Nous décidons de basculer côté italien et de rentrer via le col Malaure. Nous descendons 200 mètres puis suivons un sentier en balcon à travers plusieurs combes très fleuries.

photo montagne alpes randonnee rando queyras col bouchet col malaure



Une remontée bien raide et schisteuse nous essoufle, d’autant plus avec l’ambiance hammam de la nebbia, ce brouillard caractéristique de la région qui remonte depuis la plaine du Pô. On atteint rapidement le col Malaure et son versant français, moins austère.

photo montagne alpes randonnee rando queyras col bouchet col malaure



Il ne reste plus qu’à descendre tranquillement à travers les alpages. Finalement, c’était le premier jour sans corde depuis le début des vacances (11 jours !), mais une « simple » rando c’est parfois tout aussi sympa !

photo montagne alpes randonnee rando queyras col bouchet col malaure



De retour tôt au camping, on en profite pour passer une après-midi tranquille, entre sieste et lecture.

Escalade au Laus de Cervières

par *V* ~ Mardi 19 juillet 2016

Comme souvent les lendemains d’alpinisme, le réveil est un peu dur. Il est déjà 9h lorsque l’on émerge d’une longue nuit réparatrice.
La motivation n’est pas trop là, on annule donc notre grimpe à Ailefroide, et on se met en route vers 10h direction le sud-est du département des Hautes-Alpes. Un petite pause à Vallouise nous permet de faire quelques courses. On choisit la route du col de l’Izoard pour rejoindre le Queyras. Finalement, l’envie de se dégourdir les jambes et les bras revient. On s’arrête donc en cours de route pour une petite session d’escalade à Cervières. Le secteur est joli mais les cotations ne semblent pas donnés, à moins que ce soit la fatigue qui parle. On reste donc sagement dans des niveaux faciles.

photo montagne alpes escalade queyras izoard cervieres

photo montagne alpes escalade queyras izoard cervieres

photo montagne alpes escalade queyras izoard cervieres



On déjeune dans une belle prairie peu avant le col de l’Izoard. On rejoint ensuite un paysage plus minéral, puis on bascule sur la vallée du Guil pour rejoindre Aiguille et son camping, où nous avons décidé d’installer notre camp de base pour la dernière semaine des vacances.

Roche Faurio

par *V* ~ Lundi 18 juillet 2016

Date 17-18 juillet 2016
Cotation F / II
Altitude au sommet 3730 mètres
Dénivelé positif 1er jour : 1300 mètres
2ème jour : 650 mètres
Durée aller-retour 1er jour : 5h50
2ème jour : 3h pour le sommet, 9h30 en tout
Carte IGN 3436 ET Meije - Pelvoux - Parc National des Écrins
Topo Lien vers Camptocamp
Météo Grand soleil les deux jours !
Accès L'Argentière la Bessée, Vallouise, Ailefroide, Pré de Mme Carle. Parking payant (2€ pour 48h).


Après un bouclage de sacs assez rapide, nous quittons le camping d’Ailefroide pour rejoindre le Pré de Madame Carle. Nous y laissons la voiture, et à 9h30 nous partons en direction du glacier Blanc. A peine le temps de s’échauffer sur le plat que nous attaquons une série de lacets qui nous permet de rejoindre le pied du glacier.

photo montagne alpes alpinisme ecrins roche faurio

photo montagne alpes alpinisme ecrins roche faurio



Un second ressaut nous mène à l’ancien refuge Tuckett et une petite mare. On y fait une petite pause goûter. Les randonneurs et alpinistes sont déjà assez nombreux. Il faut dire que les efforts sont largement récompensés par une belle vue.

photo montagne alpes alpinisme ecrins roche faurio



Un dernier ressaut d’une centaine de mètres nous mène au refuge du glacier Blanc où l’on prend le temps d’une longue pause pique-nique. La journée s’annonce belle et chaude, nous avons le temps de profiter du magnifique paysage !
On remonte ensuite la moraine, même pas trop pourrie, en plein cagnard. On prend pied sur le glacier vers 2900 mètres d’altitude. La glace sous nos pieds nous rafraîchit, et ces quelques degrés en moins sont les bienvenus.

photo montagne alpes alpinisme ecrins roche faurio



On s’équipe, et on attaque une montée au milieu des crevasses avant d’atteindre le plateau glaciaire. Certains parcourent le glacier sans corde, ce qu’on ne trouve pas bien prudent… Malgré la facilité du glacier, on voit bien les crevasses et la trace passe parfois sur quelques ponts de neige fragiles.

photo montagne alpes alpinisme ecrins roche faurio



Au bout d’une heure environ, on atteint le pied du refuge, que l’on rejoint par une dernière montée d’une centaine de mètres dans la caillasse. Vers 15h, on pose nos affaires et on admire la vue sur le Glacier Blanc, la Barre et le Dôme des Ecrins. Comment se lasser d’une telle vue ? On partage le temps entre sieste, pause boisson et partie d’échecs. Le refuge n’est qu’à moitié plein, nous ne sommes qu’une cinquantaine de personnes ce soir, la plupart venant pour faire le Dôme des Ecrins, un 4000 facile.

photo montagne alpes alpinisme ecrins roche faurio

photo montagne alpes alpinisme ecrins roche faurio



Nous passons au lit vers 20h30 et dormons plutôt bien, jusqu’à ce que le gardien nous réveille vers 3h45. Le petit déjeuner et la préparation sont rapidement expédiés. Nous quittons le refuge vers 4h30. Après une petite descente pour s’échauffer, on s’équipe sur le glacier. Le regel est bon mais il fait déjà doux.

photo montagne alpes alpinisme ecrins roche faurio



Nous remontons tranquillement le glacier Blanc, alors que les frontales devant nous s’attaquent déjà au Dôme des Ecrins. Le froid devient mordant, puis le soleil illumine peu à peu les sommets alentours et réchauffe l’atmosphère.

photo montagne alpes alpinisme ecrins roche faurio

photo montagne alpes alpinisme ecrins roche faurio



Le glacier Blanc est décidément bien long. A 6h, nous attaquons enfin la montée plus raide en direction du sommet, accompagnés par le soleil. A l’attaque de l’arête sud, un petit passage rocheux pimente un peu la montée. On termine ensuite tranquillement par une belle trace en balcon jusqu’à l’antécime, que l’on rejoint à 7h30.

photo montagne alpes alpinisme ecrins roche faurio

photo montagne alpes alpinisme ecrins roche faurio

photo montagne alpes alpinisme ecrins roche faurio

photo montagne alpes alpinisme ecrins roche faurio

photo montagne alpes alpinisme ecrins roche faurio



La dernière courte partie rocheuse ne nous inspire guère confiance, on s’arrête donc ici pour aujourd’hui. On admire un très beau panorama à 360°, du Mont Blanc au Viso en passant par le Cervin. Il n’y a pas de vent, nous faisons donc une bonne pause.

photo montagne alpes alpinisme ecrins roche faurio

photo montagne alpes alpinisme ecrins roche faurio

photo montagne alpes alpinisme ecrins roche faurio



Nous attaquons la descente dans une neige un peu transformée. Le soleil nous crame sur le glacier. Nous ne traînons donc pas, et descendons quasi d’une traite jusqu’au refuge du Glacier Blanc, que nous atteignons vers 11h30.

photo montagne alpes alpinisme ecrins roche faurio

photo montagne alpes alpinisme ecrins roche faurio

photo montagne alpes alpinisme ecrins roche faurio

photo montagne alpes alpinisme ecrins roche faurio

photo montagne alpes alpinisme ecrins roche faurio

photo montagne alpes alpinisme ecrins roche faurio

photo montagne alpes alpinisme ecrins roche faurio



Les difficultés sont derrière nous, on s’accorde donc une longue pause pique-nique, coca et tarte aux myrtilles. C’est fou comme je déteste le Coca le reste de l’année, mais j’en rêve vraiment en retour de course (un vrai avec plein de sucre, pas un light !).
La dernière descente se fait sans anecdote si ce n’est une forte chaleur. On commence à avoir bien mal aux pieds, mais on atteint tant bien que mal le camion à 14h.
On se pose au camping d’Ailefroide où l’on savoure une longue sieste bien méritée ! On croise 2 copains de St Etienne, mais malheureusement le camping est tellement grand que l’on n’arrive pas à retrouver leur tente pour l’apéro… On se rabat donc sur un très bon resto, avec truite au menu du soir !

Quelques photos supplémentaires de ces deux superbes journées sont dans l’album photos de Roche Faurio.