Géorgie – Petit tour en Touchétie – J1 – De Omalo à Parsma

par *V* ~ Lundi 12 août 2019

Date 12 août 2019
Dénivelé positif 700 mètres
Dénivelé négatif 500 mètres
Durée 7h30
Météo Grand soleil

Après une très bonne nuit seulement perturbée par le chant des coqs, nous nous levons bien reposés à 7h30 et quittons « Lower » Omalo une petite heure plus tard.
Nous montons jusqu’à « Upper » Omalo, qui est un peu plus gros et un peu plus touristique que la partie basse du village, plus « fermière ».

photo voyage asie centrale europe caucase georgie touchetie tusheti omalo treck randonnée rando



Surmonté par les tours, le village est vraiment charmant.

photo voyage asie centrale europe caucase georgie touchetie tusheti omalo treck randonnée rando



Nous quittons la piste par un petit sentier, qui nous fait d’abord descendre, puis remonter bien raide. Nous retrouvons la piste peu avant un col. Nous suivons la piste en forêt jusqu’à descendre au très beau village de Dartlo. Les maisons sont vraiment typiques de la Touchétie, en pierres sèches, avec leur toit en lauze et leur terrasses en bois.

photo voyage asie centrale europe caucase georgie touchetie tusheti omalo treck randonnée rando

photo voyage asie centrale europe caucase georgie touchetie tusheti omalo treck randonnée rando

photo voyage asie centrale europe caucase georgie touchetie tusheti omalo treck randonnée rando



Nous faisons une pause dans un café pour des salades qui accompagnent notre pain et quelques biscuits secs.
On reprend ensuite la piste qui serpente le long de la rivière, en remontant une vallée de plus en plus sauvage durant près de 2 heures.

photo voyage asie centrale europe caucase georgie touchetie tusheti omalo treck randonnée rando



On traverse quelques ruisseaux. L’un d’entre eux est plus profond et nous oblige à nous déchausser. Un 4×4 arrive à ce moment à contresens et nous propose gentiment son aide pour traverser. On expérimente donc la traversée de rivière à 4×4, en marche arrière. Ca passe ! Nous arrivons ainsi au pied du village de Chesho.

photo voyage asie centrale europe caucase georgie touchetie tusheti omalo treck randonnée rando



La vallée devient de plus en plus étroite, puis nous débouchons à nouveau dans un vallon plus large, au pied des belles tours de Parsma. Les pieds commencent à chauffer, la journée n’a pas été longue en dénivelé, mais nous avons avalé pas mal de kilomètres.

photo voyage asie centrale europe caucase georgie touchetie tusheti omalo treck randonnée rando

photo voyage asie centrale europe caucase georgie touchetie tusheti omalo treck randonnée rando



Nous trouvons à loger dans une très jolie petite guesthouse en pierre sèches. Au milieu de la nature, dans cette endroit reculé, c’est le grand luxe, avec même salle de bain privée et eau chaude solaire. Il ne nous reste plus qu’à nous reposer et jouer avec le petit chiot de la maison jusqu’au dîner.

photo voyage asie centrale europe caucase georgie touchetie tusheti omalo treck randonnée rando



Toutes les photos de ce voyage sont dans l’album photos de Géorgie.

~~~~~~~~~~

Résumé des articles d’Arménie et de Géorgie :

Géorgie – De Tbilissi à Omalo

par *V* ~ Dimanche 11 août 2019

Après une bonne journée de repos à Tbilissi, c’est parti pour la dernière étape de notre voyage : la Touchétie.
Je ne me souviens même plus comment nous est venue l’idée saugrenue d’aller dans cette région paumée… Peut-être justement parce que le Lonely Planet n’en disait pas un mot. Peut-être parce que le Bradt en disait juste quelques lignes « belle région mais isolée, compliquée, difficile d’accès ». Quand même le Bradt dit que c’est compliqué alors il faut s’attendre à tout…
On est parti sans beaucoup d’infos puisqu’il était difficile d’en trouver. Presque sans remarquer que ses voisins frontaliers portaient des noms tristement connus : Tchétchénie, Daghestan…
En effet c’est isolé, coupé du reste du monde par la neige 8 mois par an. En effet nous allons voir que c’est compliqué d’accès, par 70 km de piste effrayante où même les 4×4 ont du mal à passer.

Pour commencer notre trajet, nous rejoignons la station de Sampori. On galère un peu pour trouver l’arrêt de bus officiel, on finit par comprendre qu’on a en fait loupé de peu la première marshrutka de la journée. Nous attendons donc une petite heure. Lorsque notre minibus arrive, toutes les personnes alentours, à qui on avait demandé des infos, se précipitent pour nous dire « c’est celui-là, c’est celui-là ! ». C’est très gentil, au moins on n’est sûr de ne pas le louper.

Après 2h30 de route, nous arrivons à Telavi, terminus du bus. Une jeep est là sur le parking des bus, à attendre le client. Nous sommes malheureusement que 2 touristes, nous ne pourrons pas partager le tarif de 300 laris avec d’autres personnes, tant pis.

Après un petit quart d’heure de route dans la plaine, on récupère un petit papy, propriétaire d’une guesthouse à Omalo, puis nous attaquons les 70 dernières kilomètres de trajet, les jambes coincées entre les cagettes de fruits et du matériel en tout genre. Nous abandonnons le goudron pour la terre et les rochers. La route est, paraît-il, classée parmi les 10 plus dangereuses du monde. On commence par 20 km dans une gorge sur une piste très cabossée. Secousses garanties, malgré les efforts de notre chauffeur qui connaît les nids de poule comme sa poche.
Ensuite la piste s’élève en lacets, parfois sur d’anciens glissement de terrains. Il n’est pas rare que la route soit endommagée voire carrément emportée et coupée à la circulation durant plusieurs jours, surtout après de fortes pluies. Des engins de chantier sont dispatchés à différents points de la route pour la reconstruire en permanence. Je n’en mène pas large. Si à ce moment on m’avait proposé de faire demi-tour, j’aurais dit oui, sans hésiter.
Mais notre chauffeur et le petit papy discutent comme si de rien n’était. Parfois, notre chauffeur klaxonne, là où une voiture a fini dans l’à pic vertigineux. Des croix, ainsi que pierres tombales avec le portrait des victimes de la route jalonnent le parcours. Seuls des 4×4 et des camionnettes Delica Chamonix arrivent à passer. Le papy nous explique que quelques semaines avant notre passage, une jeep a fini dans le ravin, emportant les 6 passagers, tous habitants de la région.

On finit par déboucher dans des alpages, sur une piste un peu moins défoncée mais toujours impressionnante.

photo voyage asie centrale europe caucase georgie touchetie tusheti omalo treck randonnée rando



On rejoint enfin le col d’Abano à 2850 mètres d’altitude. On s’arrête pour une courte pause, car il fait bien froid avec un grand vent qui pique. Des vieux poteaux tous rouillés jalonnent la route, ils étaient censés acheminer l’électricité, mais notre chauffeur nous assure qu’ils n’ont finalement jamais servi.

photo voyage asie centrale europe caucase georgie touchetie tusheti omalo treck randonnée rando



On redescend un peu avant de faire une pause goûter avec nos hôtes qui partagent pain, tomates, fromage maison, saucisses, et bien sûr l’inévitable chacha. La politesse nous oblige à partager 3 verres avant de dire stop. Heureusement que la suite de la route est moins mauvaise. Après 1h de piste, nous arrivons enfin à Omalo. Juste un gros village mais c’est le plus gros de Touchétie. Il nous aura fallu 4h30 pour parcourir ces 70 km. On comprend bien pourquoi cette région est si sauvage.

Nous avons à peine le temps de nous installer dans la guesthouse que la nuit tombe déjà. Les gamins du coin font la course à cheval. Un autre arrive en voiture, radio à fond, pour draguer la fille de notre hôtesse. Il se fait virer à grands cris par la maitresse de maison. Ambiance… On sent déjà qu’on va tomber amoureux de la région.

photo voyage asie centrale europe caucase georgie touchetie tusheti omalo treck randonnée rando


Toutes les photos de ce voyage sont dans l’album photos de Géorgie.

~~~~~~~~~~

Résumé des articles d’Arménie et de Géorgie :

Géorgie – Retour à Tbilissi

par *V* ~ Samedi 10 août 2019

Après notre incursion en Svanétie, il est temps de changer de région. Il est difficile de traverser la Géorgie d’Ouest en Est en moins de deux jours. Le réseau routier et la zone interdite de l’Ossétie du Sud imposent de repasser par la capitale, Tbilissi. Peu importe, nous ne sommes pas pressés et la ville de Tbilissi nous avait bien plus lors de notre première visite.

De Mestia, il nous faut 10h de bus pour rejoindre Tbilissi. Forts de notre expérience, nous sommes arrivés tôt à la station des marshroutkas pour avoir une place correcte (les places de devant étant souvent « réservées » aux locaux, les touristes sont entassés à l’arrière, plus soumis aux sauts et moins confortable…). Cette fois-ci nous sommes au 2ème rang, parfait pour profiter de la musique géorgienne version « Plus grande discothèque du monde, CD volume 12″.
Nous arrivons à Tbilissi vers 18h, prenons possession de notre chambre, chez des hôtes adorables, avec une splendide vue sur la ville depuis la terrasse du toit.

Le lendemain, c’est journée repos. Nous faisons la grasse matinée, puis sortons pour le petit déjeuner.

photo voyage asie centrale europe caucase georgie tbilissi

photo voyage asie centrale europe caucase georgie tbilissi


On prend des renseignements efficaces pour la suite de votre voyage au Tourist Information Center, une petite cabane sur la place Freedom Square. On passe ensuite au magasin Geoland pour acheter une carte de la Touchétie, la notre achetée en France étant un peu légère pour explorer cette région qui s’annonce sauvage.
Nous visitons le musée de Tbilissi (joli mais pas très intéressant), nous offrons une grosse glace à prix dérisoire et rentrons faire une grosse sieste… Après tout c’est les vacances !

Nous nous rendons ensuite aux « sulfur baths », les thermes de Tbilissi, où nous avons réservé une petite salle pour nous tous seuls pour 50 laris (environ 17€). C’est parti pour une heure à alterner bain chaud, douche froide et nettoyage au gant abrasif. Un délice parfait pour repartir avec le corps frais et dispo !

Nous ressortons tous mous et tous propres, et repartons pour nous balader.

photo voyage asie centrale europe caucase georgie tbilissi

photo voyage asie centrale europe caucase georgie tbilissi


A l’heure de l’apéro, nous nous offrons une dégustation de vin géorgien. Les boutiques du genre ne manquent pas. Notre choix se porte sur Vino Undergroud, un joli bar à vin dans une cave, avec une serveuse qui a l’air assez passionnée. Une bonne adresse ! Nous dégustons 4 vins (blanc, rosé, ambré, rouge) avec une bonne assiette de fromage. La viticulture en Géorgie y est implantée au moins autant qu’en France, depuis l’antiquité.

photo voyage asie centrale europe caucase georgie tbilissi


Nous terminons enfin cette bonne journée en profitant de la fraîcheur le long du fleuve et du pont de la Paix, qui s’illumine le soir aux couleurs du drapeau géorgien.

photo voyage asie centrale europe caucase georgie tbilissi

photo voyage asie centrale europe caucase georgie tbilissi

photo voyage asie centrale europe caucase georgie tbilissi


Toutes les photos de ce voyage sont dans l’album photos de Géorgie.

~~~~~~~~~~

Résumé des articles d’Arménie et de Géorgie :

Géorgie – Traversée de la Svanétie – J3 et J4

par *V* ~ Jeudi 8 août 2019

Pour la première partie du trek, voir cet article.

3ème étape : de Adishi à Lalkori
Dénivelé positif : 800 mètres
Dénivelé négatif : 900 mètres
Durée : 6h
Météo : Pluie

Nous nous levons ce matin sous un ciel malheureusement couvert, comme annoncé par la météo. On démarre notre journée peu après 9h. On commence par remonter une belle et longue vallée le long d’un torrent.

photo voyage asie centrale europe caucase georgie svanetie mestia ushguli treck randonnée rando



On arrive au passage d’un gué. De nombreux géorgiens sont présents avec leurs chevaux pour aider à traverser les touristes. A 20 GEL la traversée, c’est un peu du vol car aujourd’hui le gué passe bien à pied. On préfère donc se mouiller les jambes jusqu’en-dessous des genoux dans une eau bien froide, issue du glacier 1 km plus haut.

photo voyage asie centrale europe caucase georgie svanetie mestia ushguli treck randonnée rando



Nous avons tout juste le temps de remettre nos chaussures que la pluie se met à tomber. La montée vers le col de Chkutnieri se fait sur un sentier raide et glissant en forêt. A certains endroits, le sentier s’est transformé en torrent sous l’effet de la pluie. Ce n’est pas une partie de plaisir.
On termine par une portion en balcon, puis on atteint le Chkutnieri pass d’altitude deux heures après notre départ. On n’a pas traîné ce matin, mais il faut avouer que la météo ne s’y prêtait pas. On est déçu car cette étape était censée être la plus belle et sauvage, mais tout le paysage est caché par la brume.
Le col est à 2722 mètres d’altitude, le paysage est bien plus vert que dans les Alpes à altitude équivalente ! La région est réputée pour être humide, on le vérifie bien aujourd’hui. Malgré tout on a de la chance car ce sera notre seul jour de pluie des vacances.

On enchaîne directement avec 200 mètres de descente sous une pluie de plus en plus forte. La pluie se calme, puis stoppe enfin alors que nous rejoignons une belle vallée par un chemin pas trop raide en lacets. Nous profitons de l’accalmie pour faire la pause pique-nique. Puis nous terminons notre étape par 4 km de chemin à flan de montagne jusqu’aux environs d’Iprali, puis 4 km de piste jusqu’à Lalkori.



4ème étape : de Lalkori à Ushguli
Dénivelé positif : 500 mètres
Dénivelé négatif : 300 mètres
Durée : 4h
Météo : Soleil

Petit déjeuner matinal selon les critères géorgiens : 7h30 ! On quitte le village en montant tout de suite par une « variante » qui permet d’éviter une bonne partie de la longue piste jusqu’à Ushguli. Nous rejoignons une épaule au bout de 200 à 300 mètres de dénivelé.

photo voyage asie centrale europe caucase georgie svanetie mestia ushguli treck randonnée rando

photo voyage asie centrale europe caucase georgie svanetie mestia ushguli treck randonnée rando



Le sentier est ensuite en balcon entre prairies et forêts, et alterne montées et descentes. La vue n’est pas très dégagée mais le sentier est joli, ça nous change des trop nombreuses pistes empruntées ces derniers jours. Nous apercevons enfin l’Ushba derrière nous, ainsi que d’autres glaciers sur les côtés.

photo voyage asie centrale europe caucase georgie svanetie mestia ushguli treck randonnée rando



Après 3h30 de sentier en balcon, nous retrouvons la piste. Il ne reste plus que deux petits kilomètres pour rejoindre Ushguli et ses nombreuses tours.

photo voyage asie centrale europe caucase georgie svanetie mestia ushguli treck randonnée rando

photo voyage asie centrale europe caucase georgie svanetie mestia ushguli treck randonnée rando

photo voyage asie centrale europe caucase georgie svanetie mestia ushguli treck randonnée rando



Le paysage, avec les tours svanes face à une magnifique paroi glaciaire, est vraiment saisissant. On comprend aisément pourquoi le coin est touristique malgré son isolement. Le mont Chkhara, plus haut sommet géorgien avec ses 5193 m d’altitude, se laisse apercevoir un moment. De l’autre côté des faces enneigées, c’est la grande Russie.

photo voyage asie centrale europe caucase georgie svanetie mestia ushguli treck randonnée rando



On se pose dans un petit resto en terrasse pour manger deux salades, qui nous changent des traditionnelles khachapuri. On fait ensuite un petit tour dans le village et sur les hauteurs, pour profiter encore un peu du cadre et de la vue.

photo voyage asie centrale europe caucase georgie svanetie mestia ushguli treck randonnée rando

photo voyage asie centrale europe caucase georgie svanetie mestia ushguli treck randonnée rando

photo voyage asie centrale europe caucase georgie svanetie mestia ushguli treck randonnée rando

photo voyage asie centrale europe caucase georgie svanetie mestia ushguli treck randonnée rando



On trouve ensuite un minibus avec un jeune chauffeur sympa francophile. La « mafia » du coin impose que ce soit les habitants d’Ushguli qui redescentes les touristes à Mestia et inversement. Notre chauffeur étant de Mestia, il nous demande donc de mentir en cas de contrôle en disant qu’on a réservé l’aller-retour par une agence…
Nous arrivons à Mestia après 1h30 de route cabossée en terre, puis bétonnée. Notre chauffeur nous dit qu’il met moins de temps en hiver, seulement une heure, pour parcourir les 45 km entre Mestia et Ushguli. Je ne préfère pas trop savoir à quoi ressemble la conduite géorgienne sur route enneigée ;)
Nous retrouvons notre guesthouse à Mestia, puis après une bonne sieste, nous partons dans le village pour une bière et un dîner bien mérités !

Au final c’était une chouette rando dans une région où le tourisme côtoie encore des villages sauvages (pour encore combien de temps ?). On regrette juste que les pistes à 4×4 soient trop nombreuses par rapport aux petits sentier. Mestia est un beau camp de base, on pourrait rester facilement 15 jours à rayonner dans le coin. Mais nous préférons continuer notre voyage en nous rendant les prochains jours en Touchétie, une région de Géorgie bien plus sauvage.

Toutes les photos de ce voyage sont dans l’album photos de Géorgie.

~~~~~~~~~~

Résumé des articles d’Arménie et de Géorgie :

Géorgie – Traversée de la Svanétie – J1 et J2

par *V* ~ Mardi 6 août 2019

1ère étape : de Mestia à Tsvirmi
Dénivelé positif : 650 mètres
Dénivelé négatif : 600 mètres
Durée : 5h
Météo : Soleil, sommets cachés par les nuages

Réveil tranquille ce matin après une nuit gastriquement compliquée ;) Nous avons prévu une randonnée de 4 jours qui nous fera traverser une partie de la Haute-Svanétie, entre Mestia et Ushguli. C’est un treck très classique, nous ne devrions pas être tous seuls.

Nous quittons Mestia vers 9h30. Vu la petite forme du jour, nous décidons de tricher en empruntant des remontées mécaniques. Voir des télésièges récents dans cette région reculée du monde est assez incongru. Cependant, le premier tronçon est en panne. On attend une petite heure, mais la situation n’évolue pas, et on se décide donc à monter à pied.
Nous commençons dans la forêt par un sentier peu marqué, puis suivons une piste bien longue sur environ 3 km. On arrive ainsi en haut du premier tronçon du télésiège, qui a redémarré entre temps. La montée n’étant pas super intéressante, nous nous décidons à emprunter le second télésiège pour 15 laris (5€) par personne. Le télésiège nous dépose directement sur une crête. Les hauts sommets, et notamment, l’Ushba, la « star » du coin sont dans les nuages, dommage. Malgré tout la vue est belle et dégagée, nous en profitons pour faire une pause.

photo voyage asie centrale europe caucase georgie svanetie mestia ushguli treck randonnée rando



On repart sur la crête en direction de grandes antennes télégraphiques. Le chemin suit la crête en empruntant quelques montées et descentes un peu raides.

photo voyage asie centrale europe caucase georgie svanetie mestia ushguli treck randonnée rando



La descente sous les antennes est ensuite très raide sur 100 mètres, puis nous continuons par une descente plus régulière et plus agréable jusqu’à un petit collet. On plonge ensuite par un sentier à nouveau assez raide jusqu’au village de Tsvirmi.

photo voyage asie centrale europe caucase georgie svanetie mestia ushguli treck randonnée rando

photo voyage asie centrale europe caucase georgie svanetie mestia ushguli treck randonnée rando



Des animaux sont présents de partout dans le village. Le village est un peu à l’écart de l’itinéraire « officiel » Mestia-Ushguli, l’activité est plus agricole que touristique. Nous arrivons juste avant la pluie.

photo voyage asie centrale europe caucase georgie svanetie mestia ushguli treck randonnée rando

photo voyage asie centrale europe caucase georgie svanetie mestia ushguli treck randonnée rando



Le repas de la guesthouse est composé de nombreux plats, et pantagruélique comme toujours : salade tomates-concombres, salade de pâtes, viande grillée, mozzarella maison, croquettes de fromage, croquettes de viande, pain, gâteaux, flans, confiture…
Avant de se coucher, on passe la soirée avec les animaux de nos hôtes, et notamment leur énorme chien qui les protège peut-être des loups, au vu de la grande peau étalée dans le jardin…

photo voyage asie centrale europe caucase georgie svanetie mestia ushguli treck randonnée rando


2ème étape : de Tsvirmi à Adishi
Dénivelé positif : 400 mètres
Dénivelé négatif : 600 mètres
Durée : 6h
Météo : Soleil

Après une bonne nuit, nous attaquons par un gros petit déjeuner. Le poisson pané a du mal à passer au réveil, la pizza un peu moins ;) Nous goûtons même le lait tout chaud des vaches. Malgré la barrière de la langue qui limite les échanges, on est vraiment bien reçu. Maya notre hôtesse nous offre un peu de sel Svane avant notre départ car je l’ai complimenté sur son mélange d’épices. Je suis très touchée de cette attention, et conserverai précieusement le précieux mélange pour le ramener en France.

photo voyage asie centrale europe caucase georgie svanetie mestia ushguli treck randonnée rando



On commence par traverser le village de Tsvirmi. Une petite erreur à la sortie du village nous emmène dans un joli sentier en cul-de-sac qui nous fait perdre 30 minutes. Après avoir coupé à travers champs, on retrouve notre chemin, qui est plutôt une grande piste.

photo voyage asie centrale europe caucase georgie svanetie mestia ushguli treck randonnée rando

photo voyage asie centrale europe caucase georgie svanetie mestia ushguli treck randonnée rando

photo voyage asie centrale europe caucase georgie svanetie mestia ushguli treck randonnée rando

photo voyage asie centrale europe caucase georgie svanetie mestia ushguli treck randonnée rando

photo voyage asie centrale europe caucase georgie svanetie mestia ushguli treck randonnée rando



On suit cette piste jusqu’à couper la route principale à Ughviri pass. On emprunte alors une nouvelle piste qui monte jusqu’à la récente station de ski de Tetnuldi.

photo voyage asie centrale europe caucase georgie svanetie mestia ushguli treck randonnée rando

photo voyage asie centrale europe caucase georgie svanetie mestia ushguli treck randonnée rando



On s’arrête quelques instants le temps de prendre un café. Puis, lassés des pistes à 4×4 depuis ce matin, on triche à nouveau en empruntant un télésiège Poma tout neuf (15 lari par personne). On quitte enfin la piste pour un joli sentier en balcon dans les alpages. Nous avons une belle vue sur la pyramide triangulaire du pic Tetnuldi (4858 m, plus haut que le Mont Blanc !), mais l’Ushba reste caché dans les nuages.

On descend ensuite très raide, tout droit dans les prairies. Il faut croire que les géorgiens aiment bien le raide car ça semble être une habitude dans le pays. Après tout pourquoi s’embêter à faire des virages dans le sentier, quand on peut tracer tout droit ;)

photo voyage asie centrale europe caucase georgie svanetie mestia ushguli treck randonnée rando



On arrive ainsi jusqu’à un beau point de vue sur le village d’Adishi et ses nombreuses tours.

photo voyage asie centrale europe caucase georgie svanetie mestia ushguli treck randonnée rando



On se pose à notre guesthouse, chez Lena, qui fait aussi office d’épicerie du village. C’est rustique, on dirait plutôt une cabane, et il ne faut pas trop regarder les prises électriques qui trainent au milieu de la douche… On prend ensuite une bière au café du village, puis on monte sur les hauteurs faire quelques clichés de ce village vraiment typique de Svanétie avec ses tours.

photo voyage asie centrale europe caucase georgie svanetie mestia ushguli treck randonnée rando

photo voyage asie centrale europe caucase georgie svanetie mestia ushguli treck randonnée rando



Le repas à la guesthouse sera très sympa, en compagnie d’un couple de français et 2 jeunes allemands. La nuit quant à elle sera fraîche, en raison de l’altitude du village (2000 mètres) et de la cloison composée de planches de bois pas souvent jointives ;) Notre pauvre hôtesse est dérangée à toute heure du jour et de la nuit par les villageois qui hurlent « Lenaaaa » pour venir acheter 1 kg de farine ou 3 concombres… Visiblement le concept de faire ses courses pour la semaine n’est pas vraiment au point ;)

Toutes les photos de ce voyage sont dans l’album photos de Géorgie.

~~~~~~~~~~

Résumé des articles d’Arménie et de Géorgie :