Arménie & Géorgie – De Goris, à Erevan, à Tbilissi

par *V* ~ Vendredi 2 août 2019

Comme presque tous les jours en Arménie, c’est avec un superbe petit-déjeuner que nous attaquons notre journée à Gors. Le mari de notre hôtesse nous emmène à la station de bus et permet de prendre le bon bus au bon prix (2500 drams par personne). S’en suivent 4h de bus sur une route qui secoue bien et une température de plus en plus chaude alors que nous rejoignons la capitale arménienne. Nous arrivons à Erevan à 13h30, sous une chaleur vraiment accablante. Après une pause forcée dans un hôtel le temps de reprendre des forces, nous ressortons en fin d’après-midi pour prendre des renseignements sur les bus à destination de Tibilissi, la capitale géorgienne. Demain, nous changeons de pays ! Nous réservons nos places pour la première navette du matin, à 8h30. On termine la journée dans un café à touristes, ravis de notre trop court mais agréable séjour en Arménie.

Le lendemain, nous partons à la fraîche. Nous cherchons un taxi et tombons sur un attrape-touriste à 2500 drams… Faut pas nous la faire, on commence à connaître les tarifs. Un autre taxi accepte de nous emmener pour 700 drams (1,40€) à la Kilikia bus station, légèrement à l’extérieur de la ville. Nous y trouvons des marchroutka pour toutes les villes, de Istambul à Tbilissi. La notre est très moderne (wifi inside) et le billet nous coûte 7000 AMD par personne. Nous embarquons donc pour 6h de voyage.

La route jusqu’au lac Sevan est plutôt bonne. Puis nous retrouvons des montagnes, bien plus vertes que celles du sud, et une route plus chaotique. Comme d’habitude en Arménie, les « aires d’autoroute » sont bien fournies en nourriture et très propre.
Nous prenons la route de Noyemberian, qui passe entre les enclaves azéries et joue sur la frontière avec l’Azerbaïdjan voisin. Arrivés aux portes de la Géorgie, on traverse les deux postes frontières (arménien, puis géorgien) sans histoires, et nous voilà reparti pour 2h de route, en meilleur état et dans la plaine.
La banlieue de Tbilissi est terriblement soviétique. Puis, nous arrivons en plein centre, qui semble beaucoup plus joli. En sortant du bus à Avlabari, nous changeons nos derniers drams arméniens en laris géorgiens.

Une station de métro plus tard, nous arrivons en plein centre de Tbilissi, capitale de la Géorgie, à 200 mètres de notre guesthouse. Nous tournons un peu dans l’immeuble pour la trouver, avant de nous installer.
Nous ressortons rapidement pour nous renseigner pour le train de nuit à destination de Zugdidi que nous souhaitons prendre demain soir pour nous rendre en Svanétie. Malheureusement, ils sont déjà tous pleins pour les deux prochains jours. Tant pis, il nous faudra donc prendre une fois de plus la marchroutka pour nous rendre en Svanétie.

Après une averse, nous retrouvons le soleil et partons nous balader au hasard dans les rues de Tbilissi. Nous découvrons une ville surprenante et très jolie, avec des jolies ruelles (raides !) pavées, des maisons colorés à balcons boisés, des églises cachées, un grand fleuve… Le mélange est indescriptible, entre Europe, Perse, et Asie, entre tradition et modernité. L’autre attraction locale sont aussi les chats et surtout les chiens errants. Ils sont presque tous pucés et calmes, une association semble s’en occuper.

photo voyage asie centrale europe caucase georgie tbilissi

photo voyage asie centrale europe caucase georgie tbilissi

photo voyage asie centrale europe caucase georgie tbilissi

photo voyage asie centrale europe caucase georgie tbilissi

photo voyage asie centrale europe caucase georgie tbilissi

photo voyage asie centrale europe caucase georgie tbilissi

photo voyage asie centrale europe caucase georgie tbilissi


A priori nous avons troqué les Lada arméniennes par des voitures plus modernes, mais moins respectueuses des piétons. La ville de Tbilissi est touristique, assez moderne, on y parle bien anglais. Le contraste après notre semaine en Arménie est assez saisissant. La campagne géorgienne sera nettement plus rustique que sa capitale, comme nous le verrons dans les prochains jours. En attendant, pour ce soir, sous nous restaurons copieusement dans une ruelle piétonne très fréquentée, sous une température agréable, dans cette jolie ville que nous avons hâte de découvrir plus en détails demain.

Toutes les photos de ce voyage sont dans l’album photos de Géorgie.

Arménie – Goris et monastère de Tatev

par *V* ~ Mercredi 31 juillet 2019

Après une bonne nuit de repos, nous descendons en bas de Yeghegnadzor pour y chercher un taxi. Après une petite négociation, nous embarquons dans une vieille Mercedes confortable pour Goris, à un peu plus d’une centaine de kilomètres. Nous traversons un paysage montagneux, puis à nouveau des pâturages arides pour passer le col de Vorotan à 2344 mètres d’altitude. De l’autre côté, nous trouvons des vastes plateaux de steppes arides annonciateurs de l’Iran voisin, et beaucoup d’apiculture. Nous sommes proches des frontières avec l’Azerbaïdjan et l’Iran, il fait franchement chaud et nous croisons pas mal de camions iraniens sur cette grande route.

Après 2 heures de route, nous descendons sur Goris. Nous trouvons notre B&B tenu par Marietta, une très chaleureuse dame qui n’hésite pas à nous serrer dans ses bras malgré la moiteur. Elle nous installe de force dans son jardin devant thé, tisane et pâtisserie puis s’occupe de tout pour nous (arrangement d’une voiture pour Tatev, réservation de la marshrutka pour demain etc) : une vraie maman ! Son logement est pour le moins inattendu : un appartement au milieu d’un bloc d’immeubles dans le plus pur style soviétique, mais un jardin rempli de fraîcheur et de verdure avec une belle vigne vierge. Les murs du salon sont remplis des messages d’amitié laissés par les visiteurs de passage, venant des 4 coins du monde.
Nous déjeunons ensuite d’un kebab/tacos avec des belges (nos premiers touristes occidentaux depuis 5 jours !).

photo voyage asie centrale europe caucase armenie goris


Puis le taxi nous amène au départ d’un téléphérique à Halidzor. C’est le plus long téléphérique « résersible sans gare intermédiaire », nous martèle le commentaire audio durant la traversée. L’ensemble est moderne, ce qui tranche avec la rusticité de la campagne arménienne environnante. Après 5700 mètres de traversée au-dessus d’une gorge verte, nous atteignons le monastère de Tatev.

photo voyage asie centrale europe caucase armenie goris

photo voyage asie centrale europe caucase armenie goris



Le lieu est joli, mais nous avons moins le coup de coeur que pour Novarank visité hier. Une petite balade sur une piste en pleine chaleur nous permet quand même d’apprécier une jolie vue. La vallée est verte, ce qui est rare en Arménie, surtout dans cette partie méridionale.

photo voyage asie centrale europe caucase armenie goris

photo voyage asie centrale europe caucase armenie goris

photo voyage asie centrale europe caucase armenie goris


Nous nous rafraichissons avec une glace et un coca pour 700 drams (1,40€), on aurait tord de se priver… Puis nous reprenons le téléphérique pour 15 minutes de traversée. Un route qui semble récemment goudronnée permet d’éviter le téléphérique, mais ce serait dommage de ne pas profiter de la jolie traversée au-dessus du vide. Le mari de notre hôtesse revient ensuite nous chercher pour rentrer sur Goris.

Nous profitons des couleurs de fin d’après-midi pour faire une petit balade dans les cheminées de fée du vieux Goris.

photo voyage asie centrale europe caucase armenie goris

photo voyage asie centrale europe caucase armenie goris

photo voyage asie centrale europe caucase armenie goris

photo voyage asie centrale europe caucase armenie goris

photo voyage asie centrale europe caucase armenie goris

photo voyage asie centrale europe caucase armenie goris



Dès que les températures deviennent plus supportables, les gens sortent de chez eux, les rues s’animent, l’ambiance est sympa. Des enfants devant une maison sont fiers de montrer leur anglais à leur parents : « Hello ! ». Une petite fille, à la tête de première de la classe, s’est même enhardie à questionner « How are you ? », provoquant l’admiration des gens autour.

Nous finissons cette journée par une balade dans Goris et un gros resto-barbecue. Décidément, on mange très bien (et trop !) en Arménie !

Je regrette de ne pas avoir pris de photo de Goris, une bourgade allongée entre les montagnes. Comme souvent en Arémnie, on trouve des maisons cachées derrière les murs eux-même contournés par des tuyaux apparents (eau ? gaz ?), des trottoirs plus ou moins défoncés, des caniveaux dangereux pour les chevilles entre le trottoir et la route, et quelques blocs soviétiques. On ne peut pas dire que la ville soit jolie, mais l’ambiance modeste et la gentillesse des habitants compense largement. Pour illustrer, voici quelques photos glanées sur internet (crédit : Antoine-Photos et Goris.fr)

photo voyage asie centrale europe caucase armenie goris

photo voyage asie centrale europe caucase armenie goris



Toutes les photos de ce voyage sont dans l’album photos d’Arménie.

Arménie – Yeghegnadzor et monastère de Noravank

par *V* ~ Mardi 30 juillet 2019

Il est temps de quitter le « confort » d’Erevan pour nous enfoncer un peu plus au coeur de l’Arménie.
Nous quittons notre auberge de jeunesse ce matin et prenons l’unique ligne de métro d’Erevan jusqu’à la station de Gortsaranayin. A quelques centaines de mètres de la station, nous trouvons la marchroutka pour Yeghegnadzor. Mieux vaut se faire indiquer avant où la trouver, car il n’y a pas vraiment de station de bus, juste quelques véhicules à 500 mètres de la sortie de métro. Ceci dit ce n’est pas très compliqué : à la sortie de métro, repérez le gros rond point et rejoignez-le, puis tournez à gauche et vous y êtes.

Nous nous acquittons des 1200 drams par personne (2,40€) puis prenons place pour deux heures de trajet sur une route un peu tape-cul mais correcte. Les paysages sont plutôt arides, avec de temps en temps une oasis de verdure. Nous nous engageons dans les montagnes, avec le mont Ararat en toile de fond. Nous passons un col et basculons sur une vallée d’altitude montagneuse et toujours aride.

Nous arrivons ainsi à destination à midi, dans la bourgade de Yeghegnadzor. Sur le papier il n’y a rien à visiter, mais j’aime l’ambiance simple et désuète de ces vieux villages soviétiques de campagne. Nous achetons de quoi pique-niquer dans une épicerie, et déjeunons dans un petit parc, avant de rejoindre notre hébergement. Nous laissons passer la chaleur le temps d’une sieste et arrangeons une petite excursion pour l’après-midi avec un membre de la famille de notre hôtesse qui jouera le taxi.

Nous commençons par une mise en bouche avec une jolie petite chapelle qui surplombe la belle vallée verte du village d’Areni.

photo voyage asie centrale europe caucase armenie yeghegnadzor areni

photo voyage asie centrale europe caucase armenie yeghegnadzor areni

photo voyage asie centrale europe caucase armenie yeghegnadzor areni


Nous reprenons la route pour quelques dizaines de kilomètres à travers de superbes gorges rouges qui nous emmènent au monastère de Noravank. Le cadre naturel n’a pas grand chose à envier aux canyons de l’ouest américain. Les hautes falaises rouges sont somptueuses, elles font un écrin parfait pour le petit bijou qu’est Noravank.

photo voyage asie centrale europe caucase armenie monastere noravank

photo voyage asie centrale europe caucase armenie monastere noravank



Nous y passons un bon moment à faire le tour des bâtiments et à profiter de la lumière plus douce de l’après-midi pour faire des photos. Le site est composé de deux églises, dont une où on accède à la salle supérieure par deux escaliers très raides et étroits qu’il faut presque escalader.

photo voyage asie centrale europe caucase armenie monastere noravank

photo voyage asie centrale europe caucase armenie monastere noravank

photo voyage asie centrale europe caucase armenie monastere noravank



Nous rentrons ensuite à Yeghegnadzor et faisons une petit balade photo dans la ville.

photo voyage asie centrale europe caucase armenie monastere noravank

photo voyage asie centrale europe caucase armenie monastere noravank



Nous rejoignons enfin notre B&B, très joli et très bien tenu. Notre hôtesse, Hasmik, est très fière de nous montrer les extensions qu’elle est en train de réaliser pour pouvoir accueillir plus de voyageurs. Une vraie petite fortune pour la région sans doute. C’est une excellente adresse à recommander (prix : 17000 AMD soit environ 34€ pour la chambre et les deux demi-pensions). Nous terminons la journée par un excellent repas dans le joli jardin, en profitant enfin de relative fraîcheur.

Toutes les photos de ce voyage sont dans l’album photos d’Arménie.

Arménie – Temple de Garni, monastère de Geghard et lac Sevan

par *V* ~ Lundi 29 juillet 2019

Une fois n’est pas coutume, nous avons réservé un taxi pour faire du tourisme à la journée. Nous commençons par emprunter une route dans les collines arméniennes avec une vue brumeuse sur le Mont Ararat.
Nous arrivons rapidement au temple greco-romain de Garni. Le temple est modeste en taille mais le cadre et les gorges autour sont jolies. C’est surtout le seul vestige du pays de ce type, et une petite oasis de verdure au milieu des collines arides.

photo voyage asie centrale europe caucase armenie temple garni

photo voyage asie centrale europe caucase armenie temple garni

photo voyage asie centrale europe caucase armenie temple garni

photo voyage asie centrale europe caucase armenie temple garni



Un court trajet nous mène ensuite au touristique monastère de Geghard, niché au fond d’une gorge. La moitié du monument est construite à même la roche, sous la falaise. Le site est vraiment très joli.

photo voyage asie centrale europe caucase armenie monastere geghard

photo voyage asie centrale europe caucase armenie monastere geghard

photo voyage asie centrale europe caucase armenie monastere geghard

photo voyage asie centrale europe caucase armenie monastere geghard


On reprend ensuite la voiture pour rejoindre le lac Sevan, en une heure de route sur une 2×2 voies en bon état (c’est suffisamment rare pour être noté !). Le taxi nous dépose au pied du monastère de Sevanavank. Autrefois situé sur une île, il est à présent accessible à pied suite à la baisse du niveau d’eau du lac (hydroélectricité mise en place à l’époque soviétique).

photo voyage asie centrale europe caucase armenie monastere Sevanavank lac Sevan

photo voyage asie centrale europe caucase armenie monastere Sevanavank lac Sevan

photo voyage asie centrale europe caucase armenie monastere Sevanavank lac Sevan

photo voyage asie centrale europe caucase armenie monastere Sevanavank lac Sevan



L’immense lac aux eaux turquoises est très joli, c’est une véritable mer intérieure, on comprend aisément pourquoi le site est touristique.

photo voyage asie centrale europe caucase armenie lac Sevan



Nous déjeunons d’une sorte de truite au bord du lac puis rentrons à Erevan.

La suite de la journée sera consacrée à l’organisation des prochains jours : on passe à l’office du tourisme prendre des renseignements pour notre bus de demain, puis à la Poste pour envoyer des cartes postales. Nous prenons le temps de bouquiner à l’ombre malgré la chaleur, puis passons à Cascade pour boire une bière, avant de finir la soirée par un bon resto libanais.

Toutes les photos de ce voyage sont dans l’album photos d’Arménie.

Arménie – Erevan

par *V* ~ Dimanche 28 juillet 2019

Suite à notre voyage au Kirghizstan, nous avions une grande envie de retourner sur les routes de la Soie, à l’origine du voyage…

C’est ainsi que nous nous retrouvons une fois de plus à l’aéroport de Lyon Saint Exupéry, un matin de juillet. Avec 3 douaniers pour 4 avions, nous ne sommes pas seuls au départ, et décollons bien en retard. Le vol direct nous amène à Erevan (prononcez Yerevan), capitale de l’Arménie, où nous atterrissons à 19h30.

Après les formalités réglementaires, nous tombons nez à nez avec le bus 201 qui rejoint directement le centre ville à petit prix. La conduite est sportive, dans l’ambiance chaude et ventée (comme souvent le soir à Erevan) d’un soir d’été. On est tout de suite dans le bain. Le chauffeur nous dépose à une station de métro. Le métro nous force à nous confronter à l’alphabet arménien : pas facile ! Mais c’est sans erreur que nous descendons une station plus loin, non sans avoir admiré l’architecture très soviétique du métro.

photo voyage asie centrale europe caucase armenie erevan yerevan

photo voyage asie centrale europe caucase armenie erevan yerevan



Il ne nous reste plus qu’une dizaine de minutes de marche pour rejoindre notre auberge. Nous dinons en compagnie de deux français, dont un qui a déjà parcouru le Kirghizstan à vélo en hiver. Le voyage est lancé :)

Après une bonne nuit réparatrice, nous prenons des forces avec le petit déjeuner arménien : oeufs, viande, riz, melon, concombre… Nous sommes prévenus qu’aujourd’hui est un jour un peu spécial. En effet nous sommes le jour de Vardavar, la fête de l’eau. Tout le monde nous dit de faire attention à nos affaires qui vont être mouillées mais nous ne savons pas encore à quoi nous attendre.

Nous prenons le métro en direction de la place de la République, où quelques personnes ont déjà attaqué la bataille d’eau géante qui va se dérouler toute la journée dans le centre ville.

photo voyage asie centrale europe caucase armenie erevan yerevan

photo voyage asie centrale europe caucase armenie erevan yerevan


Nous visitons ensuite la cathédrale Saint Grégoire, gros bâtiment posé au milieu d’un jardin un peu délabré. Une cérémonie est en cours à l’intérieur, on ne s’attarde pas trop.

photo voyage asie centrale europe caucase armenie erevan yerevan

photo voyage asie centrale europe caucase armenie erevan yerevan


On traverse le marché à touristes Vernissage, puis on revient vers le centre ville où la bataille d’eau s’intensifie. Tous les coups sont permis : seau, bouteille, pistolet, tuyau d’arrosage, voire même lance à incendie des pompiers. L’eau vient de partout : des gens croisés dans la rue bien sûr, mais aussi des balcons, des commerçants farceurs, des voitures, et parfois même des policiers eux-mêmes. On est rapidement trempé et on rigole de bon coeur de cette ambiance très bon enfant, où les adultes s’amusent autant (sinon plus !) que les enfants.

photo voyage asie centrale europe caucase armenie erevan yerevan



Nous faisons une pause déjeuner au nord de la ville vers l’escalier de la Cascade. La carte du resto est en anglais avec de nombreuses photos, on a envie de tout goûter, et nous faisons un gros et bon repas pour l’équivalent de 7 euros par personne.

photo voyage asie centrale europe caucase armenie erevan yerevan



Nous repartons pour notre balade de l’après-midi : place de l’opéra, place de France, lac des cygnes… Les bâtiments gris et délabrés côtoient quelques bâtiments plus jolis en pierre couleur rosé foncé. La ville n’a pas de charme particulier, mais avec ses grands parcs, ses larges avenues arborées, et les rires du jour, on s’y sent franchement bien.

photo voyage asie centrale europe caucase armenie erevan yerevan



Nous retrouvons la place de la République où la fête bat son plein : les gens vident presque la fontaine à force d’y puiser de l’eau dans des larges seaux ! Les rues sont trempées alors qu’il n’a pas du pleuvoir depuis des jours. On se laisse arroser, presque avec plaisir, car la chaleur est torride.

photo voyage asie centrale europe caucase armenie erevan yerevan



On change de la monnaie à un taux plus intéressant que celui de l’aéroport, puis on réserve une petite excursion pour demain. Un verre de limonade siroté en terrasse nous permet de nous sécher de notre dixième attaque aquatique de la journée. Nous terminons par des petites courses et c’est ravis mais bien fatigués que nous rentrons à l’auberge à 19h après cette très belle première journée en Arménie.

photo voyage asie centrale europe caucase armenie erevan yerevan

photo voyage asie centrale europe caucase armenie erevan yerevan


Toutes les photos de ce voyage sont dans l’album photos d’Arménie.