Escalade à Crest – Les Roches II

par *V* ~ Dimanche 19 juin 2016

L’été 2016 n’est toujours pas décidé à pointer le bout de son nez. Malgré une étude archi-détaillée de tous les sites météos, impossible de trouver un coin pour aller balader crampons et piolets sur les glaciers ce week-end. Toute la région Rhône-Alpes, et même un bonne partie des Alpes du sud sont bien arrosées. Seule une étroite bande le long de la vallée du Rhône laisse espérer quelques éclaircies. On tente donc notre chance dans la Drôme, sur le site de Crest que nous avions déjà rapidement visité il y 2 ans. A l’époque nous n’avions eu que peu de temps pour grimper, mais le site nous était resté dans un coin de la tête avec l’envie de revenir, c’est donc l’occasion.

On s’échauffe direct dans le 5a très équipé (c’est rare que je grimpe en tête dans ce niveau, je suis plutôt abonnée aux 4… et encore plus pour une voie à vue !), puis on enchaîne quelques 5a, 5b et 5c+.
Une voie en 4c bien située nous permet de poser des moulinettes sur les relais voisins de voies plus dures : on enchaîne ainsi un joli 5c assez continu, deux 6a plutôt gentils, avant de buter dans un 6b/c dont le pas le plus dur est bien au-dessus de notre petit niveau. L’escalade en dalle est souvent très belle, on se fait bien plaisir même si la plupart des voies sont assez courtes.
Contrairement à notre dernière visite, on a trouvé les cotations plutôt justes voire gentilles, à quelques exceptions près. C’est qu’on doit progresser !

Bonne pioche pour la météo aujourd’hui, il fallait avoir un peu de flair et de chance, mais c’est passé sans se mouiller !

photo montagne alpes drome diois escalade crest

photo montagne alpes drome diois escalade crest

photo montagne alpes drome diois escalade crest

Grand Parcours la Bérarde – refuge Temple Ecrins

par *V* ~ Dimanche 29 mai 2016

Après une bonne expérience en 2014, nous décidons de parfaire notre initiation en alpinisme en participant une deuxième fois au Grand Parcours. La route jusqu’à la Bérarde est longue, et nous partons donc la veille au soir avec le camion. Mais faire la route vertigineuse de nuit avec le fourgon n’est pas de tout repos ! Nous arrivons un peu « brassés » à la Bérarde, mais contents d’être déjà sur place. Nous ne sommes pas les seuls à avoir eu cette idée, le parking de la Bérarde est un vrai camping !

Le lendemain, nous formons un groupe de 9 personnes, encadré par un guide de haute-montagne et un initiateur du CAF. Nous avons déjà tous une petite expérience en alpinisme, et ce week-end sera l’occasion de réviser les bases et nous perfectionner. Malheureusement, la météo s’annonce assez maussade, il faudra donc savoir jongler et s’adapter ! C’est aussi ça la montagne, s’avoir s’adapter en fonction des conditions.
Nous empruntons l’habituel sentier qui monte à la Pilatte. Peu après le refuge du Carrelet, on bifurque en direction du refuge Temple Ecrins. On profite de la montée pour faire quelques variantes en escalade sur des dalles et des ressauts rocheux. C’est l’occasion de vérifier que la grimpe en grosses est loin d’être commode !

photo montagne alpes ecrins alpinisme grand parcours temple ecrins

photo montagne alpes ecrins alpinisme grand parcours temple ecrins



Nous arrivons au refuge, un bâtiment un peu vieillot mais avec assez de charme avec son style à l’ancienne tout en longueur. Il sera rénové prochainement, espérons qu’il gardera quand même son âme !
L’après-midi est l’occasion de faire différents exercices sur les rochers près du refuge : poser un rappel en utilisant des points d’ancrage naturels, remontée sur corde, mouflage pour crevasses et aides au second, le tout sous l’œil attentif d’un troupeau de chamois.

photo montagne alpes ecrins alpinisme grand parcours temple ecrins

photo montagne alpes ecrins alpinisme grand parcours temple ecrins

photo montagne alpes ecrins alpinisme grand parcours temple ecrins

photo montagne alpes ecrins alpinisme grand parcours temple ecrins

photo montagne alpes ecrins alpinisme grand parcours temple ecrins



Plusieurs purges avalancheuses le soir nous incitent à la prudence pour demain. Malgré la météo maussade, on aura échappé à la pluie durant la journée, on a même le droit à un rayon de soleil en fin de journée.

photo montagne alpes ecrins alpinisme grand parcours temple ecrins

photo montagne alpes ecrins alpinisme grand parcours temple ecrins

photo montagne alpes ecrins alpinisme grand parcours temple ecrins

photo montagne alpes ecrins alpinisme grand parcours temple ecrins



Le deuxième jour, la gardienne nous réveille à 6h. Nous avions initialement prévu le réveil à 4h, mais elle a jugé bon de nous accorder une « grasse matinée » en voyant la pluie. Merci à elle qui s’est relevé 2 fois pour surveiller la météo !
Nous descendons du refuge sous une fine pluie intermittente. L’appareil photo restera dans le sac. On pensait parcourir le vallon du Chardon, mais finalement on remonte le vallon de la Pilatte qui a l’air un peu moins dans les nuages. Après avoir traversé le Vénéon, on remonte par la rive gauche, sous une grosse averse.
La pluie se calme, mais revient en force alors que l’on s’équipe pour grimper un névé au pied d’un raide couloir, près de l’emplacement du futur nouveau refuge de la Pilatte. Le moral des troupes est à zéro. Difficile de trouver le rythme dans la première grimpe droit dans la pente. Finalement ça va mieux au fur et à mesure que la pente se redresse, on atteint les 40-45°. La neige est bien molle, la trace fait des grosses marches. Après 400-500 mètres de grimpe, on traverse une pente d’herbe, quelques névés, puis on descend par un petit couloir. La pose d’une corde nous aide à franchir un petit ressaut rocheux un peu pourri.
Une fois le Vénéon retrouvé, il ne reste plus que la looongue descente à la Bérarde, alors que la météo s’améliore progressivement. On connaît presque ce vallon par coeur à force de le parcourir chaque année.
La descente sera pimentée par une chute dans torrent, histoire de se rafraîchir les fesses 10 minutes avant l’arrivée !

Malgré des conditions difficiles, on aura appris quand même pas mal de choses. Merci aux bénévoles ! Il ne nous reste plus qu’à mettre en application tout ça durant l’été à venir.

Dent du Chat et via ferrata du Roc de Cornillon

par *V* ~ Dimanche 15 mai 2016

Date 15 mai 2016
Dénivelé positif 1060 mètres
Altitude au sommeti 1390 mètres
Durée 7h30
dont 2h45 pour monter au sommet,
et 1h15 pour la via ferrata
Cotation via ferrata AD+
Météo Soleil
Carte IGN 3332 OT Chambéry Aix-les-Bains Lac du Bourget
Accès Depuis Lyon rejoindre St Genix sur Guiers, Yenne puis Chevelu. Se garer au niveau du hameau de Servagette.


L’objectif d’aujourd’hui est clairement affiché : se refaire la « caisse » et les cuisses après la pause de l’hiver, en prévision de quelques courses d’alpinisme dans les prochaines semaines. La neige étant encore présente à haute altitude, il faut donc partir bas si on veut avaler du dénivelé. On charge volontairement les sacs à dos, car nous prévoyons de coupler rando et via ferrata.
On démarre part un échauffement tranquille à travers quelques champs et villages. Une fois passé Vernatel, le sentier attaque le raide dans la forêt. Les cuisses chauffent, et on avale le dénivelé assez rapidement. La Dent du Chat est un sommet assez fréquenté, mais ce versant est extrêmement calme, car la plupart des randonneurs choisissent un itinéraire plus court au départ du col du Chat. La végétation n’est pas trop dense, on aperçoit régulièrement de jolies vues sur le Bugey et l’avant-pays Savoyard.

photo montagne alpes jura chartreuse epine randonnee rando dent du chat via ferrata roc cornillon



Quelques bouts bien raides plus tard, nous arrivons au col de la Vacherie. De là, nous empruntons les crêtes jusqu’à contourner le sommet. Quelques échelles et câble facilitent le franchissement des dernières difficultés. La vue au sommet est superbe. En effet, malgré l’altitude modeste, le sommet est bien dégagé de ses voisins, et la vue porte donc très loin : Mont-Blanc, Aravis, Bauges, Chartreuse, Belledonne, l’immense lac du Bourget… Presque toutes les Alpes du Nord sont visibles à l’est, sans parler des plaines et sommets plus modestes à l’ouest. Voilà un panorama parfait pour la pause pique-nique !

photo montagne alpes jura chartreuse epine randonnee rando dent du chat via ferrata roc cornillon

photo montagne alpes jura chartreuse epine randonnee rando dent du chat via ferrata roc cornillon



On repart par le même sentier, et on continue la longue crête jusqu’à rejoindre le Roc de Cornillon, où se situe une belle via ferrata, réputée aérienne. L’escalade nous a habitué au « gaz », on ne craint donc pas trop le vide, même si les premiers pas sur les fines planches sont toujours impressionnants. On contourne ainsi progressivement la falaise, jusqu’à arriver à une échelle qu’il faut descendre face au vide, puis un petit passage « boîte aux lettres » en tunnel à travers la roche. La suite est plus facile, mais ça bouchonne un peu avec la fréquentation. Entre les enfants qui hurlent (à priori le petit Colin n’a pas trop aimé l’expérience de la via…), et les kékés qui veulent faire un chrono record sans assurage, le public est pour le moins varié…

photo montagne alpes jura chartreuse epine randonnee rando dent du chat via ferrata roc cornillon

photo montagne alpes jura chartreuse epine randonnee rando dent du chat via ferrata roc cornillon



La vue sur le lac du Bourget tout au long de la via est superbe. On rejoint facilement le départ, mais la journée n’est pas terminée ! Il reste encore à rejoindre le col du Chat, puis à descendre dans la forêt. La fatigue commence à se faire sentir, mais nous descendons malgré tout assez efficacement.

photo montagne alpes jura chartreuse epine randonnee rando dent du chat via ferrata roc cornillon



Voilà une bonne grosse journée terminée ! Nous sommes contents de voir que nous avons gardé une bonne forme physique malgré peu d’entraînement cet hiver. Nous voilà fin prêts pour attaquer l’été !

Quelques photos supplémentaires sont dans l’album photos de la Dent du Chat.

Escalade à Yenne – Le Haut-Somont

par *V* ~ Samedi 14 mai 2016

Ce week-end, nous hésitons entre rando et escalade… Et pourquoi pas faire les deux ? La neige encore présente en altitude nous fait opter pour les pré-Alpes. Nous irons donc visiter l’avant-pays savoyard, un joli coin trop souvent délaissé pour les plus hauts sommets environnant.
En fin de matinée, nous partons pour le village de Yenne, dans le Bugey, à la limite entre l’Ain et la Savoie. Après un petit pique-nique dans le camion, nous posons les sacs au pied des falaises du Haut-Somont. Il s’agit d’une belle dalle, avec des vois principalement dans le 5. Tout ce qu’on aime ! On enchaîne tranquillement les voies. Après un hiver sans grimpe et une reprise à Orpierre un peu décevante, nous sommes contents de retrouver peu à peu des bonnes sensations. On termine même dans du 6a, pour un peu on aurait presque souhaité des voies plus difficiles !

photo montagne alpes escalade bugey savoie ain yenne haut somont

photo montagne alpes escalade bugey savoie ain yenne haut somont

photo montagne alpes escalade bugey savoie ain yenne haut somont



On pensait initialement bivouaquer dans le camion, mais finalement une bonne douche ne serait pas de refus pour rincer la poussière… On part donc en quête d’un camping et on trouve notre bonheur avec celui Saint-Jean-de-Chevelu. Le petit lac et le joli village me rappellent d’excellent souvenirs ma période étudiante ! Nous avions en effet l’habitude de venir y jouer avec l’orchestre durant un week-end, l’accueil des familles était toujours très chaleureux (et un poil arrosé !).

photo montagne alpes escalade bugey savoie ain yenne haut somont

photo montagne alpes escalade bugey savoie ain yenne haut somont



Après une petite balade, il est temps de prendre du repos car demain une longue journée de rando et via ferrata nous attend !

Escalade à Orpierre – Quatre Heures et Cascade

par *V* ~ Dimanche 8 mai 2016

Nous avions déjà largement profité du site d’Orpierre il y a 2 ans : un cadre magnifique entre Provence et glaciers des Ecrins, des voies pour tous les niveaux, un équipement très rassurant, un beau rocher, la douceur des températures du sud… Que demander de plus ? Pour jouer aux enfants gâtés, on pourrait réclamer moins de monde. Mais forcément un site comme ça souffre un peu de sa réputation, et la fréquentation s’en ressent. A nous de nous en accommoder, ou d’aller voire ailleurs ! C’est donc la première option que nous choisissons, puisque nous avons décidé d’y retourner pour ce week-end prolongé.

Fraîchement débarqués du Vercors, on retrouve les copains déjà installés au camping depuis 2 jours et qui ont bien envoyé du gros dans les grandes voies. De notre côté, on poursuit notre reprise de l’escalade après un hiver quasiment sans grimpe (la faute à un dos tout cassé et à un gymnase vieillissant qui ne nous fait plus guère envie). On restera donc sagement à faire de la couenne dans des voies faciles.

Pour la première journée, nous partons grimper à Quatre Heures, un secteur avec de nombreuses voies faciles en dalle dans le 4 et le 5. On teste la partie de droite, où nous n’avions pas grimpé la dernière fois. On en profite aussi pour faire une voie de 2 longueurs, histoire de s’amuser un peu avec les manips de corde et les rappels.

photo montagne alpes escalade baronnies hautes alpes orpierre

photo montagne alpes escalade baronnies hautes alpes orpierre

photo montagne alpes escalade baronnies hautes alpes orpierre

photo montagne alpes escalade baronnies hautes alpes orpierre

photo montagne alpes escalade baronnies hautes alpes orpierre



Le second jour, on s’attaque au secteur Cascade, que nous avions déjà un peu parcouru lors de notre dernière visite. Les voies sont plus verticales, le relief du rocher est parfois surprenant. Malheureusement le manque d’entraînement se fait vite sentir : mal aux doigts, mal aux pieds… On s’arrête donc rapidement, un peu déçus de ces deux journées de grimpe peu intenses, mais c’est la dure loi de l’escalade ! Certains en auront plus profité que nous, et les « gros bras » ont bien fumé dans du 7 !

photo montagne alpes escalade baronnies hautes alpes orpierre

photo montagne alpes escalade baronnies hautes alpes orpierre