Archives de la Catégorie 'Montagne'

Escalade à Ailefroide – La Draye – Petites dalles

par *V* ~ Samedi 16 juillet 2016

Aujourd’hui c’est réveil tardif et repos après notre longue journée d’hier à la Grande Ruine. La matinée est consacrée au pliage du camp de Villar d’Arêne. Moins de 80 euros pour 7 nuits, ça nous fait des vacances à moindre coût et avec beaucoup de plaisir ! On est déjà venu, et on reviendra encore visiter cette chouette région. Peu avant midi, on part en direction d’Ailefroide. Une longue pause à Briançon nous permet de faire des courses pour recharger les placards du fourgon, puis un petit resto pour remplir nos estomacs. Après une bonne glace, on reprend la route pour rejoindre Ailefroide où l’on pose le camion vers 16h.
Après une courte sieste, on part faire quelques longueurs d’escalade à pied depuis le camping. Dans le secteur des petites Dalles, on découvre une grimpe sur des dalles glaciaires bien fines. 5a, 5b, 5c et c’est déjà l’heure de retourner au camping et de préparer les sacs pour une nouvelle course d’alpinisme demain !

photo montagne alpes escalade ecrins ailefroide la draye

photo montagne alpes escalade ecrins ailefroide la draye


Grande Ruine – Pointe Brevoort

par *V* ~ Vendredi 15 juillet 2016

Date 14-15 juillet 2016
Cotation F+ / II
Altitude au sommet 3765 mètres
Dénivelé positif 1er jour : 1450 mètres
2ème jour : 600 mètres
Durée aller-retour 1er jour : 5h50
2ème jour : 2h10 pour le sommet, 9h45 en tout
Carte IGN 3436 ET Meije - Pelvoux - Parc National des Écrins
Topo Lien vers Camptocamp
Météo 1er jour : Soleil et nuages puis neige !
2ème jour : Grand soleil, vent
Accès Depuis Grenoble, rejoindre Villar d'Arêne. Descendre rejoindre la Romanche. Parking après le pont d'Arsine, au bout d'une longue piste un peu défoncée.


C’est parti pour notre première sortie d’alpinisme « tous seuls ». Après plusieurs formations lors des Grands Parcours, et des week-ends très riches en bons conseils par les copains du CAF, on a à présent suffisamment d’expérience et de technique pour évoluer seuls en haute-montagne, tout en restant en sécurité.
Nous quittons tranquillement Villar d’Arêne vers 10h du matin. Une montée nous permet de nous mettre rapidement en jambes. On arrive bientôt au vaste replat du Plan de l’Alpe. La Romanche serpente dans ce beau plateau d’altitude.

photo montagne alpes alpinisme ecrins grande ruine pointe brevoort voie normale



On marche longuement sur ce replat, puis une courte montée nous emmène aux sources de la Romanche. Nous déjeunons là, les sommets sont un peu bouchés le vent est froid, mais on admire malgré tout la vue sur le glacier de Tombe Murée et les hauts sommets environnants. On attaque enfin la « vraie » montée vers le refuge Adèle Planchard. Quelques bons lacets nous emmènent à une série de traversée dans des dalles rocheuses. On rejoint ensuite une pierrier, puis on trouve la neige environ 200 mètre vers le refuge, situé à 3169 mètres d’altitude. La vue est malheureusement bouchée et le brouillard s’installe en fin d’après-midi.

photo montagne alpes alpinisme ecrins grande ruine pointe brevoort voie normale



Quelques flocons de neige ajoutent une touche à l’ambiance hivernale. Quel temps pour un 14 juillet ! Nous sommes bien loin des feux d’artifice. Après un très bon et copieux repas, le gardien nous rassure sur la météo du lendemain qui s’annonce belle mais très froide (isotherme 0°C à 1800 mètres et un peu de vent du nord). Après un topo sur la course du lendemain, on se couche vers 21h30. Nous passons une nuit moyenne, avec un sommeil par intermittence.

Le réveil est tardif en raison du froid : 5h30. Une heure plus tard, nous chaussons les crampons sur la terrasse du refuge, alors que les sommets sont déjà bien ensoleillés et le ciel sans nuages.

photo montagne alpes alpinisme ecrins grande ruine pointe brevoort voie normale

photo montagne alpes alpinisme ecrins grande ruine pointe brevoort voie normale



Nous partons en compagnie de plusieurs cordées en direction de la Pointe Brevoort. Une traversée horizontale nous mène au pied du glacier Supérieur des Agneaux. On le remonte en formant un large S, jusqu’au pied de l’arête rocheuse. Une rafale de vent nous couche à terre, la prudence est de mise.

photo montagne alpes alpinisme ecrins grande ruine pointe brevoort voie normale

photo montagne alpes alpinisme ecrins grande ruine pointe brevoort voie normale

photo montagne alpes alpinisme ecrins grande ruine pointe brevoort voie normale



Une traversée nous mène au pied du « couloir caché » ou « couloir des guides ». Le couloir est en bonnes conditions, déjà marqué par le passage de quelques cordées précédentes, mais le vide dessous est assez présent. On le remonte sans difficultés, puis on débouche sur l’arête, encore bien enneigée. La pente s’adoucit progressivement, puis on rejoint quelques rochers et enfin la petite terrasse sommitale. Le vent est bien présent et glacial, on ne s’attarde pas malgré la belle vue, depuis la Barre des Ecrins jusqu’au Mont Blanc.

photo montagne alpes alpinisme ecrins grande ruine pointe brevoort voie normale



On redescend prudemment sur l’arête jusqu’à l’entrée du couloir. Peu motivés par la descente dans le raide, on prolonge sur chemin sur l’arête sud-est pour trouver environ 5m plus loin un bon relais équipé (2 spits, cordelette et maillon rapide). On tire un rappel d’une bonne vingtaine de mètres pour rejoindre le glacier. Nous nous ré-encordons rapidement, et descendons d’une traite vers le refuge, que l’on atteint vers 10h30.

photo montagne alpes alpinisme ecrins grande ruine pointe brevoort voie normale

photo montagne alpes alpinisme ecrins grande ruine pointe brevoort voie normale



Une bonne heure de pause nous permet de récupérer nos affaires et quelques forces. Le refuge Adèle Planchard est vraiment un super coin à visiter : très bonne nourriture, belle ambiance haute-montagne (jusqu’au refuge, le sentier est uniquement en randonnée, nul besoin de matériel spécifique). En prime une salle commune toute mignonne, décorée par les belles photos de la gardienne, et des très bons conseils sur l’itinéraire et la météo. Merci pour tout !
On attaque ensuite la looongue descente, en restant le plus longtemps possible dans la neige ramollie avant de retrouver le sentier.

photo montagne alpes alpinisme ecrins grande ruine pointe brevoort voie normale

photo montagne alpes alpinisme ecrins grande ruine pointe brevoort voie normale



Le replat du Plan de l’Alpe est bien long, mais on réussit à garder un bon rythme jusqu’à l’arrivée.

photo montagne alpes alpinisme ecrins grande ruine pointe brevoort voie normale

photo montagne alpes alpinisme ecrins grande ruine pointe brevoort voie normale



Retour au parking à 16h15, même pas trop fatigués, et bien contents d’avoir bien géré cette course pas difficile mais complète : un peu de glacier, un couloir, un peu de rocher, un rappel… Il faut bien savoir gérer les manips de corde, et nous sommes contents d’avoir pris le temps de faire les choses dans les règles.

Soirée lessive, rangement et dodo tôt !

Quelques photos supplémentaires sont dans l’album photos de la Pointe Brevoort.

Rocher du Bez – Voie des Dalles (et couenne)

par *V* ~ Mercredi 13 juillet 2016

Date 13 juillet 2016
Cotation AD+ / I / 5a
Altitude maxi 1550 mètres
Dénivelé positif Approche : A peu près rien ! Voie : 120 mètres
Durée aller-retour 2h30
Carte IGN 3536 OT Briançon Serre-Chevalier Montgenèvre
Topo Lien vers Camptocamp
Météo Soleil
Accès Rejoindre Serre-Chevalier, Villeneuve la Salle, puis longer le cours d'eau sur une route carrossable jusqu'au parking du Parc Aventure. Continuer à monter, un autre petit parking existe quelques centaines de mètres plus haut.

La météo est encore mitigée ce matin du côté de la Romanche. On bascule de l’autre côté du col du Lautaret pour trouver le soleil. L’école d’escalade du rocher du Bez est déjà animée lorsque nous arrivons. Un groupe de jeunes occupe une grande partie des premières longueurs de la falaise.

Nous attaquons notre grande voie un peu de côté par rapport au départ prévu, avec un 5b un peu difficile à passer à froid, surtout pour moi qui tremble en tête dès que le niveau dépasse le 4 et 20 cm au-dessus du point ;) Monsieur enchaîne avec un autre 5b (toujours pas prévu au topo), pour rejoindre enfin le relais désiré.

photo montagne alpes escalade grande voie ecrins rochez bez dalles briançon



C’est à mon tour de grimper un 4c, où l’on retrouve le calme. Puis je me cale tranquille en second, dans la 4ème longueur en 4a puis 4c. Elle est longue et on ne fait pas de relais intermédiaire. On dépasse les 50 mètres de corde, ce qui nous oblige à faire un peu de corde tendue sur les derniers mètres. Le relais se fait sur un gros pin, sur une terrasse très confortable (relais à confectionner soi-même, une sangle de 120cm ne suffit pas…). C’est plutôt surprenant pour un site école s’adressant visiblement à des débutants alors que tous les autres relais sont équipés de 2 points, chaîne et maillon rapide.

photo montagne alpes escalade grande voie ecrins rochez bez dalles briançon



La 5ème et dernière longueur présente un départ un peu physique, puis un joli final sur des dalles couchées en 4c.

photo montagne alpes escalade grande voie ecrins rochez bez dalles briançon



Au final, la voie des Dalles est plus un enchaînement de voies d’un site de couenne qu’une « vraie » grande voie. Mais c’est parfait pour se remettre à l’oeuvre et réviser les manips sans stress. Mieux vaut avoir le topo du site car à chaque relais les possibilités sont multiples et en plus on trouve plusieurs relais intermédiaires. Autant de risque de se tromper en route !…

photo montagne alpes escalade grande voie ecrins rochez bez dalles briançon



On rejoint la fin de la via ferrata du site. Il ne reste plus qu’à redescendre en 10 minutes à la voiture par un bon sentier. La grande voie nous aura bien occupé 2h30.

Après un pique-nique confortable, on profite du calme de la pause méridienne pour grimper sur la falaise la plus proche du parking. Je me lance puis abandonne dans un 5a qui s’avère être un 5c (c’est la journée « erreur de lecture du topo »). Ça passe pour Monsieur en faisant un peu de tire-clou. Puis on enchaîne tous les deux un joli 5c+ en moulinette.
Toujours pas rassasiés, on monte à la falaise suivante : 4c en tête pour tous les 2, puis 5b (en tête pour Monsieur, en moulinette pour moi).
On a encore un peu faim de grimpe, on rejoint donc le dernier secteur accessible à pied, où on grimpe tous les 2 en tête dans un 5a. Une petite averse nous surprend et met un terme à cette journée productive !

photo montagne alpes escalade grande voie ecrins rochez bez dalles briançon



C’est l’heure de rentrer bien fatigués au camping, où l’on retrouve la pluie qui n’a pas beaucoup de changé de secteur apparemment. On prépare les sacs pour le lendemain, car une belle sortie d’alpinisme à la Grande Ruine nous attend ! Le froid vent du nord nous fera vite rejoindre la couette en soirée.

Escalade à Arsine et aux Fréaux

par *V* ~ Lundi 11 juillet 2016

Le planning du jour est plutôt cool. La météo prévoyant un ciel instable, nous avons prévu de rester en vallée à faire de de l’escalade en couenne.
On part tout d’abord grimper tout près du camping de Villar d’Arêne, sur le rocher « école » d’Arsine. Pas si école que ça, ou alors on n’a pas bien la forme. On enchaine 3 voies dans le 4, chacun en tête, puis un 5a. On n’ira pas plus haut pour ce matin, c’est un peu vexant… Mais au moins, on peut presque assurer depuis la voiture tellement le parking est au pied des voies !

photo montagne alpes ecrins escalade arsine freaux

photo montagne alpes ecrins escalade arsine freaux



Après le pique-nique, on bascule côté Briançon pour faire quelques courses. La pluie nous rattrape au pied des voies du rocher du Bez. Le site a l’air fort joli, il faudra revenir !
On repasse le col du Lautaret, et on se rend compte que la vallée de la Romanche est encore assez ensoleillée. On tente donc notre chance sur le site des Fréaux. La vue sur les glaciers est superbe, et c’est l’occasion de se souvenir d’une certaine journée en cascade de glace dans le coin. On enchaine deux voies à travers quelques gros volumes dans le 4, dont une voie en tête pour moi, décidément je suis assez motivée aujourd’hui ! On trouve ensuite un joli 5b qui sera la dernière voie de la journée, car la pluie nous attrape à nouveau à la descente de la corde.

photo montagne alpes ecrins escalade arsine freaux

photo montagne alpes ecrins escalade arsine freaux



Nous passerons la soirée tranquille au camping, au sec malgré un bel orage. La météo sera bien pluvieuse également demain, donc le repos est au programme !

Via ferrata de l’Aiguillette du Lauzet

par *V* ~ Dimanche 10 juillet 2016

Date 10 juillet 2016
Cotation PD
Altitude maxi 2611 mètres
Dénivelé 900 mètres
Longueur 1500 mètres
Durée approche 1 heure
Durée via ferrata 3h
Durée retour 1h45
Météo Soleil
Accès Depuis Briançon, prenre la route du col du Lautaret.Peu après Monetier les Bains, se garer au pont de l'Alpe


C’est le début des vacances d’été ! Pour une fois, nous sommes dans les premiers à partir. Pas de gros voyage prévu pour cette année, car nous avons eu notre dose avec la Nouvelle-Zélande à Noël. Nous avons prévu 3 semaines et multi-activités dans les Alpes avec le fourgon.
Notre première étape se situe dans les Ecrins. L’accès à la Grave étant encore limité à la route de secours du Chambon, on préfère passer par la Maurienne et le col du Galibier. Il fait grand beau, la vue est belle. Nous posons notre camp de base au camping de Villar d’Arène. Le coin est plutôt calme puisque la route départementale est peu empruntée depuis que le tunnel du Chambon est fermé.

Pour notre premier jour de vacances, on ne se presse pas trop le matin. On bascule de l’autre côté du col du Lautaret, et on laisse le fourgon au parking du pont de l’Alpe. Nous avons prévu un parcours à mi-chemin entre la rando, la via ferrata et l’escalade.
Une heure de randonnée à travers de beaux alpages nous permet de rejoindre les chalets de l’Alpe du Lauzet.

photo montagne alpes ecrins via ferrata aiguilette lauzet

photo montagne alpes ecrins via ferrata aiguilette lauzet



Juste au-dessus d’un éboulis, nous arrivons à un premier câble. La via commence par une série des vires, entre sentier et rochers.

photo montagne alpes ecrins via ferrata aiguilette lauzet



Une belle traversée aérienne nous emmène à une petite descente où l’on dérange un bouquetin en pleine sieste. Il nous faut faire attention aux chutes de pierres, provenant de purges naturelles ou des nombreux bouquetins ! Les bouquetins sont là chez eux, ils sautent avec aisance entre les vires rocheuses.

photo montagne alpes ecrins via ferrata aiguilette lauzet

photo montagne alpes ecrins via ferrata aiguilette lauzet



On attaque la montée au travers d’une boîte aux lettres bien étroite, avant de s’offrir une pause pique-nique au milieu d’un beau décor.
La via consiste ensuite en une longue ascension sans surplus d’équipement : les barreaux ne sont là que lorsqu’ils sont nécessaires. On essaye de ne pas s’aider du câble, et le moins possible des barreaux. La sortie s’apparente alors à une petite course de montagne avec des pas d’escalade facile dans le 2-3. L’ambiance dolomitique et assez haute-montagne est très chouette. Un passage peu avant le sommet où l’on randonne sur une courte portion caillouteuse sans câble nous emmène au ressaut final.

photo montagne alpes ecrins via ferrata aiguilette lauzet

photo montagne alpes ecrins via ferrata aiguilette lauzet

photo montagne alpes ecrins via ferrata aiguilette lauzet



A 14h20 nous sommes au sommet, soit 3h de parcours depuis l’attaque. On savoure un beau panorama sur les Cerces et les Ecrins.

photo montagne alpes ecrins via ferrata aiguilette lauzet

photo montagne alpes ecrins via ferrata aiguilette lauzet



1h45 nous sera nécessaire pour redescendre à la voiture par un joli sentier au milieu des alpages fleuris.

photo montagne alpes ecrins via ferrata aiguilette lauzet

photo montagne alpes ecrins via ferrata aiguilette lauzet



Nous passerons la soirée au pub de la Grave, avec des excellentes pizzas et la défaite de la France en finale de l’Euro de foot.

Quelle bonne première journée de vacances ! C’était vraiment une des plus belles via ferrata que nous ayons eu l’occasion de parcourir ! On ne peut que recommander de lui rendre visite, mais attention à l’ambiance : il n’y a rien de très vertigineux mais on est plus proche d’une ambiance montagne que d’un parcours d’aventure bien équipé à 10 minutes de la voiture. Il faut également faire attention à la longueur : sans trop traîner on a mis 3h dans la via, pause pique-nique d’environ 30 minutes. Ne pas négliger le retour non plus, qui est bien long.
Une vraie belle et longue journée en montagne !