Archives de la Catégorie 'Urbex'

Fromagerie abandonnée

par *V* ~ Mercredi 14 juillet 2010

Toujours à la campagne, nous restons dans le thème de « l’urbex Meuh Meuh » avec cette fromagerie. Peu d’informations sont disponibles sur cette usine. Elle a visiblement eu d’autres activités n’ayant aucun rapport avec l’agro-alimentaire, comme en témoigne son architecture. Elle aurait pu servir à la fabrication de grillages et de ressorts à matelas et pour l’ameublement, avant de se reconvertir dans la fabrication des fromages lors de ses dernières années. Détail amusant, le lait utilisé pour la fabrication des fromages provenait de la laiterie que nous avons déjà visitée. A croire que nos visites suivent le trajet de la fabrication, et que tout le domaine économique tombe en désuétude dans la région. C’est en se baladant dans ces lieux que l’on sent revivre le passé de toute une région et de ses habitants.

La bâtiment possède de beaux volumes et est relativement lumineux avec ses larges fenêtres. Il est relativement bien préservé, malgré les traces d’un squat récent. Cependant la chaleur sous les toits est étouffante et insupportable en cette chaude journée d’été, ce qui limitera la durée de notre visite.

Cliquez sur les photos pour les agrandir

photo urbex usine fromagerie abandonnee

photo urbex usine fromagerie abandonnee

photo urbex usine fromagerie abandonnee

photo urbex usine fromagerie abandonnee

photo urbex usine fromagerie abandonnee

photo urbex usine fromagerie abandonnee

photo urbex usine fromagerie abandonnee

photo urbex usine fromagerie abandonnee

photo urbex usine fromagerie abandonnee

A quelques centaines de mètres, on trouve aussi des objets qui n’ont sans doute rien à voir avec la fabrication du fromage (!!!) mais qui sont bien photogéniques :

photo urbex usine fromagerie abandonnee

photo urbex usine fromagerie abandonnee

photo urbex usine fromagerie abandonnee

Le détail du jour : visiblement mon Rolleiflex n’apprécie que peu la visite de lieux abandonnés. Bien qu’il n’ait reçu aucun choc, la platine porte objectifs n’est plus alignée, et la mise au point est impossible au-delà de 4 mètres. Le Rollei aura donc la chance d’aller passer ses vacances chez un réparateur à l’autre bout de la France…

Retrouvez toutes les photos dans l’album photo de la fromagerie.

Laiterie en fin de vie

par *V* ~ Mardi 13 juillet 2010

Il fait chaud, chaud, chaud en ce jour d’été. Nous allons chercher la fraîcheur dans les anciennes chambres froides d’une laiterie de la campagne rhône-alpine.
Cette petite usine a connu de multiples rachats et regroupements au cours de son histoire, parfois avec de grands groupes. Sa production a été variée : lait de consommation en bouteilles de verre ou plastique, lait UHT, lait traité pour la fabrication du fromage etc.
Les locaux sont encore en bon état général, en témoigne le magnifique camion planté à l’entrée, qu’on croirait prêt à partir pour sa tournée de récolte chez les fermiers. Seuls les quelques tuyaux arrachés, quelques vitres cassées et les papiers des bureaux en désordre nous rappellent que nous sommes sur un site abandonné. On trouve également quelques cuves de produits chimiques, dont l’usage reste assez mystérieux pour une usine alimentaire… Le site est assez grand, il faudra y revenir pour continuer d’explorer les recoins !

Toutes les photos sont visibles dans l’album de la laiterie.

Cliquez sur les photos pour les agrandir

photo urbex usine laiterie abandonnee

photo urbex usine laiterie abandonnee

photo urbex usine laiterie abandonnee

photo urbex usine laiterie abandonnee

photo urbex usine laiterie abandonnee

photo urbex usine laiterie abandonnee

photo urbex usine laiterie abandonnee

photo urbex usine laiterie abandonnee

photo urbex usine laiterie abandonnee

photo urbex usine laiterie abandonnee

photo urbex usine laiterie abandonnee

photo urbex usine laiterie abandonnee

photo urbex usine laiterie abandonnee

photo urbex usine laiterie abandonnee

photo urbex usine laiterie abandonnee

photo urbex usine laiterie abandonnee

C’était aussi l’occasion pour moi de tester le Rolleiflex en action dans un autre cadre !

Retrouvez toutes les photos dans l’album de la laiterie.

Papeteries abandonnées

par *V* ~ Mardi 18 mai 2010

Fermée définitivement près de deux ans avant notre visite, cette ancienne usine de papeterie tombe progressivement en ruines, comme beaucoup d’entreprises de ce genre dans cette vallée montagnarde. L’usine, fondée peu avant 1870, a cependant connu son heure de gloire. Elle possède une très grande conduite d’eau forcée, parcourant un dénivelé de plus de 200 mètres, permettant ainsi de fournir l’énergie hydro-électrique nécessaire à l’industrie. Les papeteries ont compté plus de 1000 salariés, mais des rachats successifs ont finalement eu raison de l’usine.

Le site est vaste, composé de plusieurs bâtiments. Certains volumes sont très grands, pas faciles à photographier, surtout avec le peu de lumière ! Un des bâtiments principaux adossé à la montagne tombe en ruines, rongé par l’humidité. A l’arrière, le torrent se déverse encore avec violence.
Des beaux réservoirs sont encore présents ainsi que plusieurs silos qui paraissent assez neufs, au contraire des autres bâtiments. On trouve également quelques pièces qui devaient constituer le comité d’entreprise. L’intérieur des bâtiments est un véritable bric-à-brac. On y trouve encore quelques machines, des réservoirs et des tuyaux dans tous les sens, des papiers divers de l’entreprise etc.

L’humidité ambiante est tenace. Cette atmosphère était renforcée par la météo peu clémente de la journée où nous avons visité ces lieux chargés d’histoire et du passé de toute une région.

Toutes les photos sont dans l’album photo des papeteries. En voici un échantillon ci-dessous.

Cliquez sur les photos pour les agrandir

photo urbex papeteries papeterie usine abandonnee

photo urbex papeteries papeterie usine abandonnee

photo urbex papeteries papeterie usine abandonnee

photo urbex papeteries papeterie usine abandonnee

photo urbex papeteries papeterie usine abandonnee

photo urbex papeteries papeterie usine abandonnee

photo urbex papeteries papeterie usine abandonnee

photo urbex papeteries papeterie usine abandonnee

photo urbex papeteries papeterie usine abandonnee

photo urbex papeteries papeterie usine abandonnee

photo urbex papeteries papeterie usine abandonnee

photo urbex papeteries papeterie usine abandonnee

photo urbex papeteries papeterie usine abandonnee

photo urbex papeteries papeterie usine abandonnee

photo urbex papeteries papeterie usine abandonnee

photo urbex papeteries papeterie usine abandonnee

photo urbex papeteries papeterie usine abandonnee

photo urbex papeteries papeterie usine abandonnee

photo urbex papeteries papeterie usine abandonnee

photo urbex papeteries papeterie usine abandonnee

photo urbex papeteries papeterie usine abandonnee

photo urbex papeteries papeterie usine abandonnee

photo urbex papeteries papeterie usine abandonnee

photo urbex papeteries papeterie usine abandonnee

Pour voir plus de photos, visitez l’album photo des papeteries.

Urbex – Hôpitaux/Sanatoriums

par *V* ~ Jeudi 13 mai 2010

Ce plateau montagnard est un ancien site de sanatoriums, ouverts au début des années 1930. A partir de la fin des années 1960, la tuberculose étant peu à peu éradiquée, les établissements se sont progressivement reconvertis en centres de soins.

Sur les trois centres d’origines, deux sont actuellement à l’abandon. Seul un centre (actuellement une clinique), qui permettait aux étudiants de se soigner tout en continuant leurs études, est encore en activité. Sans doute plus pour longtemps.

Le premier bâtiment visité est celui que nous appellerons « R ». Ancien sanatorium, il était réservé aux travailleurs de la société métallurgique et minière atteints de tuberculose. Par la suite, son activité s’est orientée vers la réadaptation et divers autres soins médicalisés. C’est le premier établissement construit sur ce site, et aussi le premier qui a été abandonné fin 2008, à cause du risque d’avalanche existant sur cette zone. Près de ce bâtiment se trouvent également quelques pavillons résidentiels, eux aussi à l’abandon, qui devaient sans doute servir de résidence au personnel de l’hôpital.

Le matériel a été en immense partie laissé sur place ! Les couloirs sont encombrés de lits, chaises, bureaux, écrans d’ordinateurs etc. Un gaspillage d’argent mais une aubaine pour les photographes !

Cliquez sur les photos pour les agrandir

photo urbex sanatorium hôpital hôpitaux

photo urbex sanatorium hôpital hôpitaux piscine

photo urbex sanatorium hôpital hôpitaux cuisine

photo urbex sanatorium hôpital hôpitaux papiers desordre rangement

photo urbex sanatorium hôpital hôpitaux cles clefs

photo urbex sanatorium hôpital hôpitaux piano touches

photo urbex sanatorium hôpital hôpitaux piano marteau

photo urbex sanatorium hôpital hôpitaux chaise abandon abandonne

photo urbex sanatorium hôpital hôpitaux bois plastique

photo urbex sanatorium hôpital hôpitaux lit

L’autre édifice appelé « C** » est un long bâtiment de 6 étages (si j’ai bien compté…). A l’origine sanatorium public, il a peu à peu été transformé en centre chirurgical et de soins post-opératoires ; il était particulièrement réputé dans le soin des personnes amputées. Au départ, il possédait deux ailes, pour séparer les hommes et les femmes. Une partie centrale reliant les deux ailes a ensuite été créée ; elle comporte alors un bloc chirurgical (un des plus modernes de l’époque), une salle de radiographie, une salle de spectacle et une chapelle.
Peu après une modernisation, le bâtiment est abandonné et l’activité est délocalisée dans une grande ville des alentours en mai 2009. A cause du risque d’avalanche, il est a priori destiné à la destruction, contrairement au bâtiment « R » qui pourrait éventuellement être sauvé si des travaux de sécurisation ont lieu.

Aujourd’hui, l’intérieur du bâtiment est extrêmement pillé et vandalisé. Il reste peu de matériel. Les faux plafonds ont été arrachés pour récupérer câbles et fils. Tous les cuivres, fontes, tuyaux etc. ont disparus. Au cours de notre visite, nous avons même croisé un couple qui avait parcouru plusieurs centaines de kilomètres pour venir se « servir » afin de construire leur maison. Les planches de l’escalier central ainsi que les fenêtres ont ainsi disparu en quelques minutes. Si les rencontres sont plutôt redoutées en Urbex, celle-ci aura été plutôt tranquille, heureusement pour nous…
Bien que l’abandon du bâtiment « C » soit plus récent que celui de « R », le lieu est donc beaucoup plus délabré. Malgré tout, il réserve de belles surprises photographiques. L’adrénaline de l’Urbex, c’est de ne jamais savoir à quoi s’attendre lorsqu’on pousse une porte. Et dans ce bâtiment, de nombreuses portes ne débouchaient que sur des chambres vides et taguées. Quand tout à coup… surprise, une lumière douce nous envahit, des vitraux (non cassés !) laissent passer la lumière… Nous sommes dans une chapelle, sans doute la seule pièce du bâtiment relativement épargnée par les pilleurs. Magnifique pièce, havre de paix au milieu du chaos. Une longue séance photo s’impose…

Cliquez sur les photos pour les agrandir

photo urbex sanatorium hôpital hôpitaux batiment

photo urbex sanatorium hôpital hôpitaux horloge

photo urbex sanatorium hôpital hôpitaux chapelle eglise vitraux

photo urbex sanatorium hôpital hôpitaux chapelle eglise vitraux

photo urbex sanatorium hôpital hôpitaux escalier

photo urbex sanatorium hôpital hôpitaux hall

photo urbex sanatorium hôpital hôpitaux couloir

photo urbex sanatorium hôpital hôpitaux piscine

photo urbex sanatorium hôpital hôpitaux baignoire

photo urbex sanatorium hôpital hôpitaux salon salle a manger

photo urbex sanatorium hôpital hôpitaux vandalisme

photo urbex sanatorium hôpital hôpitaux fenetres cassees

photo urbex sanatorium hôpital hôpitaux montagne

photo urbex sanatorium hôpital hôpitaux montagne

photo urbex sanatorium hôpital hôpitaux adieu

photo urbex sanatorium hôpital hôpitaux adieu

Petite note finale “au cas où” : l’urbex est une activité dangereuse, à ne pas pratiquer seul. Voire même à ne pas pratiquer du tout ;) La localisation géographique des lieux est généralement tenue “secret” pour éviter les squatteurs et les pilleurs. Certains indices ont donc été volontairement effacés sur les photos, notamment sur les mots laissés par le personnel hospitalier… Le lieu est déjà largement pillé, visité, et malheureusement très connu dans la région… A vous de compléter le puzzle ;)

Photos prises mi-mars 2010.

Pour voir plus de photos, visitez l’album photo des hôpitaux-sanatoriums.

Bains de la Caille

par *V* ~ Samedi 27 février 2010

Cet article inaugure une nouvelle série à venir dans le blog : l’urbex !
L’UrbEx, c’est l’Urban Exploration, ou l’exploration urbaine pour les allergiques à la langue de Shakespeare. La particularité est de visiter des lieux le plus souvent abandonnés : usines, hôpitaux, anciennes propriétés…

On commence modestement aujourd’hui par la visite des bains de la caille, thermes abandonnés dans les Alpes.
Ces bains ont connu leur heure de gloire au temps des romains, puis au Moyen Age, avant de revivre au XIXème siècle jusqu’à 1960 environ. Leur situation difficile d’accès pour les curistes (au fond de gorges profondes) a peut-être été la raison de leur abandon.

L’accès se fait donc par un chemin étroit jusqu’au fond d’une gorge assez sinistre. Il ne reste plus qu’un bâtiment principal, avec deux piscines et un étage. Il ne reste presque rien du matériel de l’époque, à part ce qui semble être un vieux tableau électrique.

Cliquez sur les photos pour les agrandir

photo urbex bains de la caille

photo urbex bains de la caille

photo urbex bains de la caille

photo urbex bains de la caille

photo urbex bains de la caille

photo urbex bains de la caille

A l’extérieur, un pont enjambe la rivière et permet d’accéder à un bassin extérieur. On devine des puits donnant sur les sources sulfureuses, donc l’odeur caractéristique imprègne l’atmosphère. L’eau doit être chaude, car de la buée apparaît sur l’appareil photo dès qu’on tente d’approcher de ces trous. Impossible de voir le fond, malgré la lampe frontale et le flash à fond.

photo urbex bains de la caille

photo urbex bains de la caille

photo urbex bains de la caille

photo urbex bains de la caille

photo urbex bains de la caille

Les gorges sont bien humides en cette période de l’année, quelques traces de neige persistent ça et là, le lieu ne doit pas souvent voir le soleil. A la verticale du pont de la caille, la nature ressemble plus à une décharge qu’à un charmant ruisseau : triste constat que de voir ces objets sans doute jetés du haut du pont.

photo urbex bains de la caille

photo urbex bains de la caille

photo urbex bains de la caille

photo urbex bains de la caille

En résumé, si le bâtiment en lui-même est petit et ne présente pas un grand intérêt photographique, c’est l’ambiance assez sinistre et en même temps chargée d’histoire de ces gorges qui vaut le détour. Ce n’est pas « vraiment » de l’urbex diront les puristes, mais ça y ressemble un peu… en attendant mieux ! ;)

Petite note finale “au cas où” : l’urbex est une activité dangereuse, à ne pas pratiquer seul. Voire même à ne pas pratiquer du tout ;) La localisation géographique des lieux est généralement tenue “secret” pour éviter les squatteurs et les pilleurs.
Cet article fait une exception à la règle dans la mesure où le lieu est indiqué sur les cartes du coin et a peu de chances d’être pillé (il ne reste rien à part des pierres) et squatté (sauf si vous aimez vivre dans une maison loin de tout, avec des gouttières et des courants d’air ;) ).

Quelques photos en plus sont dans l’album photo des bains de la caille.